Métro toulousain : la galère des escalators défectueux de la CNIM Produits Territoires

  © CST
Actualites

Les Collectivités Les Industriels

Catherine Sanson-Stern

Les usagers du métro toulousain subissent depuis des années des pannes à répétition des escalators, principalement dans les stations de la ligne B, pourtant la plus récente. Un niveau de panne de 10% des équipements a été atteint depuis septembre et a poussé Tisséo-SMTC à réagir. Un plan d’urgence de maintenance lourde de 5 millions d’euros a été décidé afin d’anticiper les prochaines pannes.

A échéance de 20 ans, c’est 80 millions d’euros qui seront consacrés au renouvellement de l’ensemble des escaliers mécaniques : les 50 de la ligne A, mise en service en 1993, qui arrivent en fin de vie, et les 80 de la ligne B (qui date de 2007) de façon anticipée en raison de malfaçons constatées. « Il y a eu un défaut de conception et de pose, avec l’utilisation de pièces low cost venues de Chine, et des problèmes d’approvisionnement en pièces de remplacement », a expliqué le président de Tisséo-SMTC Jean-Michel Lattes à La Dépêche du Midi.

Après 6 ans de contentieux, Tisséo a gagné l’an dernier un référé contre la CNIM (chantiers navals et industriels de Marseille), également responsable de l’installation d’escalators à Lyon, Marseille et Paris où elle est en conflit avec la RATP. Tisséo espère une indemnisation lors d’un jugement sur le fond à venir d’ici l’été, bien que la CNIM ait cédé sa division Transport en 2009.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.