Nouvel AAP de l’Ademe pour développer des infrastructures de recharges Politique et réglementations Territoires

L'Ademe vise la couverture en recharge électrique des zones "non interconnectées".   © Mercedes
Actualites

Les Collectivités

Grégoire Hamon

Couvrir les zones blanches en interconnexion. L’ADEME a diffusé le 17 décembre dernier un nouvel appel à projets (AAP) intitulé «Infrastructures de recharge pour véhicules electriques dans les zones non interconnectées» (IRVE ZNI). Cet AAP vise à financer des projets de solutions de recharge pour véhicules électriques alimentés en électricité d’origine renouvelable et impactant très faiblement le réseau électrique local. Les lieux d’implantation des infrastructures de recharge proposées dans le cadre de ces projets devront être précisés et justifiés selon un schéma directeur de mobilité ou une analyse des besoins sur le territoire ou le site visé. Cet AAP s’inscrit dans la continuité des dispositifs de «Déploiement d’infrastructures de recharge pour les véhicules hybrides et électriques» du programme des Investissements d’avenir, qui a permis d’initier un maillage national en Métropole. Il permettra de poursuivre l’implantation à une échelle locale en contribuant notamment à rassurer les usagers quant à la disponibilité de stations. La date de clôture aura lieu le 17 mai 2019.

Au moins 2 bus ou minibus électriques. Dans cet appel à projets, le terme «véhicule électrique» inclut les voitures particulières, les véhicules utilitaires légers, les camions, les bus (quelle que soit leur taille), les deux ou trois roues électriques nécessitant une infrastructure de recharge dédiée. Les projets retenus doivent s’inscrire dans l’un des 5 axes suivants: les flottes captives, les transports collectifs, les établissements recevant du public (stade, marina, zone commerciale, hôtellerie, etc.), le résidentiel collectif et les parcs de stationnement accessibles au public de type parc relais. Concernant les transports collectifs, les projets attendus correspondent à des services de transport en commun proposés par des porteurs de projets publics ou privés et constitués d’une flotte d’au moins 2 bus ou minibus. Ces projets seront développés en concertation avec l’Autorité organisatrice de la Mobilité compétente. Les candidats à l’appel à projets devront détailler notamment le périmètre du projet, personnes concernées et nombre de voyageurs-kilomètres ciblés ainsi que le mode de gestion de la flotte (régie, DSP…).

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.