Nouvel appel à projets de l’Ademe pour le GNV et bio GNV Politique et réglementations

Ce nouvel appel à projet se concentre sur des stations accueillant un minimum de 15 véhicules.   © DR
Actualites

Le Club Les Collectivités Les Industriels Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Zones déficitaires en stations. L’Ademe souhaite renforcer le maillage national en stations GNV/bioGNV et lance un nouvel à projet destiné à couvrir les zones encore blanches du territoire. Cet appel à projet (AAP) vise «à créer les conditions d’un déploiement de la filière GNV dans des zones présentant des déficits locaux de stations GNV/bioGNV mais ayant suffisamment d’acteurs locaux et de demande pour permettre une viabilité de la station», expliquent les experts de l’agence. Le principe tient du concept de la poule et de l’œuf : soutenir la demande en avitaillement (les véhicules) afin de favoriser l’émergence de l’offre d’avitaillement (les stations). Cet AAP s’inscrit dans la continuité d’un précédent appel intitulé «Solutions intégrées de mobilité au GNV», qui a permis d’initier un maillage national sur les grands axes routiers avec 8 projets sélectionnés ( avec la constitution de 100 nouvelles stations d’ici 2022 pour 2100 véhicules ). Le nouvel AAP, décliné à l’échelle locale, est cependant moins exigeant. Alors que le précédent imposait un minimum de 5 stations pour 100 véhicules, cette nouvelle mouture se concentre sur des projets d’une station avec un minimum de 15 véhicules (d’au moins deux entités différentes) censés s’approvisionner en tout ou partie auprès de cette station. Laquelle station devra être ouverte à des tiers, professionnels ou particuliers, pour les types de véhicules suivants : bus, autocars, utilitaires, véhicules légers, poids lourds, bennes à ordures ménagères, voire engins  non  routiers…

Bonus pour le bioGNV. Les aides pour l‘établissement des stations seront de l’ordre de 30 à 50% de l’investissement, selon le régime d’aides de l’ADEME SA 40264. Celles pour l’acquisition des véhicules GNV visent à compenser le surcoût par rapport à un véhicule thermique, avec un plafond de 35% pour les PME et de 25% pour les grandes entreprises. Notons cependant que chaque lot de véhicules, pour une station donnée, ne peut bénéficier de plus de 200 k€ d’aides (soit environ 13k€ par véhicules dans le cas de 15 véhicules GNV). Petit bonus, si les transporteurs s’engagent à consommer plus de 50% de bioGNV, le montant des aides sera augmenté de 10 points (avec des plafonds respectifs de 45% et 35%, et un montant global de 220 k€ par lot de véhicules). L’Appel à Projets « GNV/bioGNV » est ouvert jusqu’au 06/07/2018 – 16h00.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.