Oslo va proposer une recharge sans fil pour ses taxis électriques Stratégie

D’ici 2023, la ville d’Oslo s’est engagée à ce que l’ensemble de la flotte de taxis officiels soit constituée de véhicules zéro émission.   © Fortnum
Actualites

Les Collectivités

Grégoire Hamon

Une solution expérimentée avec les bus électriques. La ville d’Oslo s’est associée au producteur d’énergie renouvelable Fortum pour mettre en place une infrastructure de recharge rapide sans fil destinées aux taxis de la capitale norvégienne. Ce projet vise à installer des plaques de charge par induction dans le sol, aux endroits où stationnent les taxis, ce qui permet de recharger jusqu’à 75 kilowatts si les véhicules sont dûment équipés. La recharge par induction sera pilotée par la société américaine Momentum Dynamics (où Volvo AB a pris une participation en début d’année), cette société ayant déjà mis en place ce type de solution avec des recharges de 50 à 200 kW pour des bus électriques à Chattanooga, Wenatchee et Howard County (Etats-Unis).

Stations de taxis. Il s’agira de la toute première infrastructure de recharge rapide sans fil au monde pour les taxis électriques, soulignent les partenaires du projet. «Nous installerons les chargeurs sans fil aux stations de taxis, comme celle de la gare centrale d’Oslo. Cela permettra aux taxis de se recharger dans des endroits où ils attendent leurs clients. Sauf qu’au lieu de faire tourner leurs moteurs thermiques, ils recevront de l’énergie renouvelable pour recharger leurs batteries», explique Annika Hoffner, chef de Fortum charge & Drive. Cette division chargée des infrastructures de recharge travaille depuis plusieurs années avec l’industrie du taxi pour électrifier progressivement les flottes. «Le plus grand obstacle s’avère l’infrastructure. Pour l’instant, les chauffeurs de taxis se plaignent de passer trop de temps à trouver un chargeur, faire le branchement et attendre pour le chargement. Le projet de recharge rapide sans fil vise à résoudre ces problèmes et réduira les émissions climatiques du secteur des taxis – non seulement en Norvège, mais dans le monde entier», souligne-t-on chez l’énergéticien. D’ici 2023, Oslo s’est engagé à ce que l’ensemble de la flotte de taxis officiels de la ville soit constituée de véhicules zéro émission. L’an passé, un tiers des voitures neuves vendues en Norvège étaient électriques.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.