- Bus&Car – Connexion Transports Territoires - http://www.busetcar.com -

Paris : l’interdiction du diesel reportée à 2024

Des échéances assouplies. Dans le cadre de son Plan Climat, la Ville de Paris s’est fixé pour objectif d’en finir avec les véhicules thermiques en 2030. Une étape intermédiaire, fixée à 2024, concerne l’interdiction du diesel, ce qui confirme l’information publiée [1] le 28 septembre par Bus&Car Tourisme de Groupe. L’échéance de 2030 vient donc opportunément masquer le report intervenu sur le diesel, dont l’interdiction totale dans Paris intra muros était initialement prévue pour 2020. Ainsi, la maire de Paris, Anne Hidalgo, demeure ferme sur ses principes, tout en assouplissant leur application. Elle précise d’ailleurs que les dates sont indiquées comme des tendances, et que le Plan Climat doit faire l’objet d’une vaste consultation populaire. Comme le souligne Michel Seyt, dans une interview à paraître dans le prochain numéro de Bus&Car Connexion, maintenir l’objectif à 2020 aurait été totalement irréaliste. Même la RATP, qui s’est engagée à convertir 80% de sa flotte à l’électrique pour 2025, n’est pas certaine d’y parvenir, faute de solutions techniques adaptées et économiquement viables.

Elargir les périmètres, intensifier la concertation. Quant à l’impact de ces mesures sur la qualité de l’air, il restera partiel aussi longtemps que les périmètres concernés ne couvriront pas la totalité de l’agglomération. Comme l’a montré un rapport d’Airparif, les effets de la piétonisation des voies sur berge ne touchent pas la pollution de fond et restent limités aux axes routiers concernés. Airparif précise à ce propos que la voie Georges-Pompidou représente 0,16% des 77,7 milliards de kilomètres parcourus chaque année en Ile-de-France. Le niveau d’action pertinent serait peut-être celui de la Métropole du Grand Paris, qui prépare elle aussi son Plan Climat pour la fin de l’année. Un premier document de travail a été présenté fin septembre aux élus métropolitains. Il souligne, entre autres, la nécessité d’une gouvernance associant acteurs publics et privés, et la mise en place d’une solidarité territoriale pour assurer le succès du futur Plan Climat Air Energie Métropolitain.

Sandrine Garnier