Pierre Lahutte rejoint Friem pour développer l’électromobilité

Pierre Lahutte président d'Iveco de 2012 à 2019 A la tête d’Iveco jusqu’en janvier 2019, Pierre Lahutte a participé à la stratégie GNV de ce constructeur. Chez Friem, il devra travailler à l’électrification du parc automobile.  
Actualites

Loïc FIEUX

Plus de vingt ans chez CNHi. Lieutenant de cavalerie et officier de réserve, Pierre Lahutte est également un passionné du monde agricole. Entré chez New Holland (groupe CNHi) en 1997, il accomplit au sein de ce groupe un parcours exceptionnel qui le mène à la présidence d’Iveco en juin 2014, poste qu’il occupe jusqu’en janvier 2019. En ce mois de mai 2020, il prend ses fonctions au sein de l’entreprise italienne Friem S.p.A. Celle-ci est installée à Segrate, en Lombardie, et emploie quelque mille personnes. Elle est spécialisée dans les composants électriques et électroniques. Pierre Lahutte, grâce à sa grande expérience de l’industrie automobile, doit accélérer le déploiement de Friem sur les marchés de la mobilité électrique, entendue au niveau automobile. Friem est déjà un spécialiste des redresseurs et onduleurs de courant. Rassemblés sous l’appellation «power converter», ils utilisent des diodes de puissance, des thyristors et des IGBT (transistor bipolaire à grille isolée). Friem fournit ses équipements aux constructeurs de tramways ou aux fabricants de systèmes d’énergie (panneaux solaires ou petits «smart grids»). L’entreprise a également d’autres activités dans l’industrie.

Croissance externe par intégration de start-up. Créée en 1950, Friem n’est pas une start-up. Pour renforcer ses positions sur le marché de l’électromobilité, Friem s’est lancé dans des opérations de croissance externe depuis 2018. Elles ont visé des start-up italiennes. Parmi elles, on trouve Eyes Group S.r.l. spécialisée dans l’électrification des véhicules et YESS.energy S.r.l qui se consacre aux systèmes de recharges de véhicules électriques (BEV). L’arrivée de Pierre Lahutte complète le dispositif. Selon lui, «pour le développement de la mobilité électrique, le plus grand défi des gestionnaires de flotte ou des opérateurs d’infrastructure consiste à gérer l’électricité et la recharge des véhicules, ce qui nécessite souvent une révision complète de leur infrastructure et de leurs compétences».

L. F.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.