Pierre Mongin : « Nous ferons tout pour que la RATP devienne le troisième transporteur français de voyageurs » Politique et réglementations Stratégie Territoires

Pierre Mongin, Président de la RATP : ''mon objectif est d'atteindre un milliard de CA à l'étranger en 2013   © © RATP / Gérard Dumax
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

Pierre Cossard

Pilier du plan de relance de l’économie française par les transports publics, la RATP est aussi devenue un acteur de poids à l’international. Bus & Car a fait le point sur les projets et les ambitions de la régie avec Pierre Mongin, son président.

Quel est votre point de vue sur le projet de désengagement de la RATP dans l’actionnariat de Transdev ?

Pierre Mongin : Je n’ai que peu de commentaires à faire. Ce processus n’est pas de mon fait. J’ai toujours souhaité que la RATP devienne avec Transdev le troisième opérateur français.
Si ce n’est plus possible avec eux, nous ferons tout pour le devenir sans eux.


Quels sont donc actuellement vos axes de développement ?

À l’international d’abord, nous sommes de plus en plus présents. Nous sommes par exemple à Johannesburg, en Afrique du Sud, pour l’exploitation d’un train type TER, qui doit entrer en fonction avant la Coupe du monde de football de 2010. Il s’agira du train le plus rapide du continent, puisqu’il devrait rouler à 100 km/h.
À Alger, nous avons été retenus pour concevoir l’organisation du métro, former son personnel et l’exploiter. En Italie, nous exploitons la ligne 1 du réseau de tramway de Florence, et nous sommes dans le consortium retenu pour les lignes 2 et 3, et à Rome, nous sommes partenaires de l’exploitation de la ligne D du métro. A Rio, nous allons aussi exploiter une ligne de métro. Enfin, nous avons répondu à l’appel d’offres concernant le tramway de Dublin.

Nous sommes donc bel et bien sortis de nos frontières naturelles. Nous réalisons aujourd’hui 150 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’étranger, mon objectif est d’atteindre le milliard en 2013. Pour autant, nous ne négligeons pas le territoire français, et nous répondrons à l’appel d’offres de Lyon avec Transdev l’an prochain.

Quels sont les grands chantiers de la RATP cette année ?

Ils sont particulièrement nombreux. Parmi les plus emblématiques, je mentionnerais la mise en accessibilité de tous les autobus avant la fin de l’année, la rénovation de la ligne 13 du métro parisien, ou l’automatisation de la ligne 1. Moins visible pour notre clientèle, nous avons aussi mis en œuvre une refonte totale de la gestion informatique du personnel. Toutes ces améliorations donneront des résultats positifs pour nos clients.


Comment percevez-vous le projet de Grand Paris présenté par Christian Blanc et porté par Nicolas Sarkozy ?

Nous sommes assez satisfaits des grandes lignes du projet présenté. Finalement, la double boucle de Christian Blanc correspond en grande partie au Métrophérique dont nous faisions la promotion. Elle est juste un peu plus large que ce que nous préconisions. Ce serait bien si ce projet prenait corps en une vingtaine d’années.
Pour l’instant, nous attendons de connaître les conclusions de Gilles Carrez concernant le financement et le « phasage » de tout cela. Je pense que les premiers résultats seront visibles dans une douzaine d’années.

Retrouver l’intégralité de cette interview dans Bus & Car n°836

S’abonner à Bus & Car

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.