Le Pôle d’échange multimodal de Lyon Perrache, en question Territoires

  © JFB
Actualites

Les Collectivités

Jean-François Belanger

La montée en puissance du nouveau quartier de Lyon-Confluence, au sud de la presqu’île lyonnaise provoque une dégradation sensible de la mobilité dans cette zone contrainte par les deux fleuves et… le confluent, tandis que le choix du tramway a été retenu par rapport à celui du métro. La réalisation de sa première phase, sur 150 hectares, a durablement transformé les usages de cette partie du deuxième arrondissement.

En particulier, le pôle d’échange de Lyon-Perrache qui accueille 100 000 utilisateurs au quotidien dans les transports en commun, à la gare SNCF ainsi que des cheminements piétons entre le nord et le sud de la presqu’île. Un doublement de cette fréquentation est prévu avec le déploiement de la deuxième phase d’extension de Confluence, sur 35 hectares supplémentaires, à l’horizon 2030.

De son côté, lors de son dernier comité syndical, tenu le 19 février, le Sytral a décidé certaines mesures pour accompagner le projet global de réorganisation du Pôle d’Echange Multimodal de Lyon-Perrache. Le terminus de la ligne T2 du tramway sera reporté d’une station, à la station Suchet, qui accueille déjà la ligne de tramway T1. Pour ce faire, il sera nécessaire de créer une station terminus, à quai central, avec 2 positions de retournement.

Des aménagements qui vont sans doute conduire à neutraliser la circulation automobile au sud du Pôle Multimodal de Lyon-Perrache. Ces aménagements, dont le coût pour le Sytral est évalué à 10 millions d’euros HT, sont prévus pour entrer en service à la fin 2019. Ils s’effectueront en concertation avec la Société Publique Locale Lyon-Confluence. Une concertation préalable est nécessaire et elle est programmée de la mi-mai à la mi-juillet 2016.

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.