Pour remplacer Autolib’, Renault démarre Moov’in.Paris Stratégie Territoires

Un premier contingent de 100 Renault Zoé doit débarquer sur Paris au cours du mois d’octobre.   © Renault
Actualites

Les Collectivités Les Industriels Les Opérateurs

Grégoire Hamon

120 véhicules en free-floating. Profitant du grand vide créé par l’arrêt précipité d’Autolib’, Renault et PSA avaient fait part de leur intention d’offrir une offre de véhicule électrique partagés sur Paris. Mais pour remplacer les 4.000 Bluecar (qu’il fallait emprunter et rendre dans l’une des 1.100 stations de rechargement), les deux les constructeurs ont fait le choix d’une offre en free-floating, sans stations fixes. Renault, associé à ADA, filiale du Groupe Rousselet, est donc le premier à dégainer avec Moov’in.Paris. Dans les semaines à venir, les deux partenaires vont commencer par déployer 100 Renault ZOE et 20 Renault Twizy accessibles dans toute la capitale, ainsi qu’à Clichy (Hauts-de-Seine). «Le nombre de véhicules mis en service sera rapidement augmenté pour suivre la demande client, tout en garantissant une qualité de service optimale», assurent-ils dans un communiqué. Les futurs utilisateurs, notamment les 150.000 anciens abonnés d’Autolib’, peuvent déjà créer un compte sur l’application Moov’in.Paris et télécharger une photographies de leur pièce d’identité et permis de conduire. Les premières réservations devraient intervenir «courant octobre».

0,39 euro la minute. Uniquement sur Contrairement à Autolib’, aucun abonnement n’est exigé. La location est facturée au prix de 0,39 euro la minute de location, avec un minimum de 10 minutes. Le client n’a le souci ni du paiement du stationnement, ni de la mise en charge du véhicule. Seule contrainte: garer le véhicule en voirie sur l’emplacement autorisé de son choix, n’importe où dans Paris ou à Clichy pour la phase de démarrage. Les clients se risquant à stationner leur véhicule en petite couronne (sauf Clichy), pourraient se voir facturer 250 euros de pénalité, voire 500 euros en grande banlieue, précisent Les Échos. Pour réserver un véhicule, le client doit d’abord le localiser sur son application. Il dispose alors de 15 minutes pour le rejoindre et s’y connecter par liaison Bluetooth. Avant de rouler, l’utilisateur doit vérifier sur l’application l’état des lieux de référence du véhicule, le modifier au besoin en accompagnant ses remarques de photos, et le valider. Renault fournit les véhicules et en assurera la maintenance et la réparation. ADA propose son expertise digitale grâce à son application dédiée à la location très courte durée. Elle assurera également les opérations d’enlèvement, de recharge, de nettoyage et de repositionnement des véhicules électriques. Quelques jours avant ce lancement, le groupe Bolloré avait adressé au syndicat mixte Autolib’Métropole une facture de 235 millions d’euros.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.