PSA et Vinci testent de nouvelles fonctionnalités autonomes sur autoroute Stratégie

La Peugeot 3008 autonome a notamment testé la fonctionnalité de mise en sécurité du véhicule (« safe stop »), qui consiste à diriger le véhicule sur une zone refuge.   © PSA
Actualites

Les Industriels

Grégoire Hamon

Zone refuge. Le groupe PSA et Vinci Autoroutes ont testé de nouvelles fonctionnalités du véhicule autonome près du péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines, dans la continuité de l’expérimentation réalisée en juillet 2017, qui avait donné lieu au premier franchissement en totale autonomie d’une barrière de péage. Le 11 juillet dernier, une Peugeot 3008 autonome a roulé sans difficulté sur l’autoroute entre Dourdan et Ablis (A10/A11) à proximité d’une zone de circulation temporairement modifiée en raison de travaux. Le véhicule, qui fait partie de la flotte du programme AVA (Autonomous Vehicle for All), a ensuite testé la fonctionnalité de mise en sécurité du véhicule («safe stop»), qui consiste à diriger le véhicule sur une zone refuge, en cas de non reprise en main par le conducteur dans une situation particulière (présence exceptionnelle d’obstacle sur la chaussée, conditions météorologiques fortement dégradées…) ou encore en cas de fin d’autoroute.

Accroitre la complexité. «Les situations de conduite testées dans ce nouveau volet de leur programme commun mettent en œuvre une communication plus poussée entre le véhicule autonome et l’infrastructure. L’objectif est d’accroitre la capacité du véhicule à adapter sa conduite lors de situations exceptionnelles ou complexes», soulignent les deux partenaires, qui rappellent que cette opération s’inscrit dans le cadre d’une collaboration engagée depuis 2016. Les résultats de ces expérimentations alimenteront les travaux de standardisation qui seront menés dans différents projets collaboratifs tels que C-Roads ou le Projet SAM, auxquels les deux groupes contribuent. «L’infrastructure autoroutière intelligente est un atout essentiel au développement du véhicule autonome. Elle permet d’enrichir les données contextuelles diffusées au système de guidage pour optimiser la prise de décision du véhicule et sa trajectoire», souligne ainsi Pierre Coppey, président de Vinci Autoroutes.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.