Rail : le Grand Projet du Sud-Ouest fragilisé par la crise Politique et réglementations Produits Territoires

  © DR
Actualites

Les Collectivités Les Industriels

Shahinez Benabed

Alors que le tracé des lignes à grande vitesse du Grand Projet du Sud-Ouest doit être approuvé en mars, de nouveaux obstacles viennent perturber sa mise en œuvre : la crise économique et la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités locales.

Nouveau coup dur pour les défenseurs du Grand Projet du Sud-Ouest (GPSO). Alors que le tracé des lignes à grande vitesse Bordeaux-Toulouse, Bordeaux-Espagne, et la branche Poitiers-Limoges pourrait être approuvé en ce mois de mars par le gouvernement, le financement du projet, n’est toujours pas acquis. En effet, la réduction des dotations de l’Etat aux collectivités locales, en raison de la crise économique, risque d’entraîner de multiples conséquences. Le Lot-et-Garonne, qui finance 34 millions d’euros de la ligne Tours-Bordeaux, a précisé qu’il ne financerait pas les autres tronçons. Enfin le Gers remet lui aussi « en cause toute sa participation à la LGV », a indiqué La Tribune.fr.

Une route pavée d’embûches

D’autres difficultés viennent également compliquer ce dossier épineux. Si 32 collectivités ont d’ores et déjà signé une convention de financement public-privé avec l’Etat, plusieurs d’entre elles, notamment la région Midi-Pyrénées ont précisé que cet engagement ne serait tenu que si le calendrier du début des travaux pour la branche Bordeaux-Toulouse prévus en 2017, est respecté.

Le 15 décembre 2011, Nathalie Kosciusko-Morizet, l’ancienne ministre des Transports, avait déjà provoqué la colère de plusieurs collectivités en demandant une évaluation de la pertinence socio-économique des prochaines LGV.  Cette annonce avait été perçue comme un possible désengagement de l’Etat. La région Midi-Pyrénées et le département des Pyrénées-Atlantiques avaient alors menacé de geler leurs financements (environ 200 millions d’euros) pour la construction de la ligne Tours-Bordeaux.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.