Les Regio 2N déployés sur l’axe Grasse-Vintimille Politique et réglementations Stratégie Territoires

Le président du Conseil régional PACA, Christian Estrosi, en gare de Nice le 8 juillet pour l’arrivée des 16 trains régionaux Regio 2N qui circulent entre la France et l’Italie.   © Jean-Pierre Garufi
Actualites

Les Collectivités Les Industriels Les Opérateurs

Nathalie Bureau du Colombier

Les passagers empruntant l’axe ferroviaire Grasse-Cannes-Nice-Vintimille bénéficient d’un confort amélioré depuis le 5 juillet 2016 grâce au déploiement de 16 trains régionaux Regio 2N à deux niveaux. L’investissement du Conseil régional PACA de 260 M€ porte sur l’acquisition de 16 voitures de trains électriques (Bombardier Regio 2N) et 10 voitures hybrides (Alstom Regiolis). Les 13 premières rames ont été livrées, les trois dernières sont attendues pour octobre 2016. Ces nouvelles rames offrent une capacité accrue de 25% sur cette liaison ferroviaire transfrontalière très fréquentée avec 1450 places contre 1200 pour les anciennes rames. En prévision de l’exploitation de ces rames en double, la région prévoit l’allongement des quais de Nice Riquier de 190 m à 213,5 m. Les travaux débuteront en juin 2017 pour une livraison en octobre. L’adaptation de l’ensemble des quais aux personnes à mobilité réduite et la construction d’une passerelle dans la gare de Nice sont également programmés.

Centre de maintenance ferroviaire azuréen à l’étude

« Dans la continuité les quais seront portés à leur longueur définitive de 220 mètres en 2018. Les travaux n’entraîneront pas de limitation temporaire de vitesse ni d’interruption de la circulation », a précisé, le 8 juillet 2016, le président de la région. Venu inaugurer ces nouvelles rames à Nice, Christian Estrosi a également visité le Centre de supervision urbain de la gare, véritable poste de commandement du réseau de vidéo protection. Une visite riche d’annonces puisqu’il a également déclaré vouloir faire construire un deuxième centre de maintenance régional sur la Côte d’Azur « pour éviter des situations absurdes et coûteuses » en évitant des voyages à vide vers le centre de Marseille-Blancarde. Une étude est en cours pour déterminer l’emplacement du deuxième centre de maintenance ferroviaire régional.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.