Rome s’apprête à limiter la circulation des cars de tourisme Politique et réglementations Stratégie Territoires

Rome sera divisée en trois zones touristiques pour la circulation des cars à partir du 1er janvier 2019.   © Roma Mobilità
Actualites

Le Club Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Les abords du Colisée interdits. Dès le 1er janvier 2019, la ville de Rome va restreindre la circulation des cars touristiques avec l’établissement de plusieurs zones de restrictions. Contesté par plusieurs tour-opérateurs et sociétés de transports, ce principe a été entériné mi-octobre par la cour administrative régionale romaine. «Cela nous aidera à réduire la pollution et à contenir la gestion du trafic», a commenté Roma Mobilità, le service de transport de la Ville éternelle. Cet organisme a créé trois zones spécifiques régies par des restrictions horaires. La zone C, qui comprend une grande partie du centre-ville historique comme le Colisée et le Panthéon, sera interdite aux autocars touristiques tous les jours, mais le nombre d’arrêts en périphérie de cette zone sera renforcé. La Cité du Vatican, qui fait partie de la zone B, restera accessible aux autocars sous certaines conditions, tout comme la zone A, plus périphérique.

Disparition du pass annuel. A partir du 1er janvier, les autocars Euro 0, 1, 2 et 3 sans filtre à particules seront interdits dans la cité romaine. Deux ans plus tard, les autocars Euro 3 et Euro 4, même avec FAP, seront exclus à partir du 1er janvier 2021. De plus, pour pouvoir circuler, les transporteurs et opérateurs devront acheter des lots de 50 à 300 billets d’entrée quotidiens (au lieu d’un pass annuel) et les présenter à l’un des deux check-point, à l’entrée de la zone protégée. Les prix des tickets diffèreront selon la zone visée : ils sont environ quatre fois plus chers pour la zone B (Vatican) que la zone A (Grand-Rome). De même, ils varient selon la taille (plus ou moins 8 mètres) et la norme Euro du véhicule. Très dissuasifs, les tarifs appliqués en 2019 aux véhicules Euro 3 avec FAP seront 90% plus élevés que les tarifs des véhicules Euro 4 (et 105% plus forts en 2020). En revanche, les tarifs des véhicules Euro 5 et Euro 6 seront réduits respectivement de 5 et 10% par rapport à des véhicules Euro 4. Il en coûte par exemple 6 000 euros pour 50 entrées au Vatican pour un véhicule Euro 4 de plus de 8 mètres.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.