Sanef veut déployer le péage en free-flow sur l’A13 et l’A14 Produits Territoires

Le réseau Paris-Normandie de Sanef.   © Sanef
Actualites

Le Club Les Opérateurs

Grégoire Hamon

Péage en free-flow. Paris-Caen ou Paris-Rouen sur l’autoroute sans aucune barrière de péage. Le groupe Sanef prévoit de supprimer toutes les barrières de péage sur les autoroutes A14 et l’A13 d’ici 2021. La société d’autoroutes a dernièrement soumis ce projet au ministère des Transports, rapporte France Bleu. Il consiste à remplacer les barrières de péages actuelles par des portiques électroniques qui permettent de payer à distance par le biais de caméras et d’antennes placées sur les portiques. Le système calcule le montant de péage en croisant la plaque d’immatriculation et la classe des véhicules (véhicule avec ou sans remorque par exemple). Les usagers reçoivent la facture chez eux (sauf pour les abonnés télépéage). En l’absence de règlement, Sanef envoie une amende avant de déclencher un éventuel recouvrement… Chaque année, sur l’axe A13-A14, ce dispositif permettrait d’éviter de fréquentes congestion, notamment les week-ends, et d’économiser 2,1 millions d’heures de conduite, soit 10.000 m3 de carburant économisés (soit la consommation annuelle de 11.000 voitures) ou encore 30.000 tonnes de CO2, indique le groupe.

Extension de concession. La mise en service est envisagée en 2021. Ce serait le premier déploiement sur un axe complet en France puisque Sanef va commencer à tester ce procédé en janvier prochain sur une bretelle d’accès de l’A4, près de Metz (57). À l’étranger, Sanef exploite déjà le plus grand péage sans barrière du monde à Vancouver, au Canada (12 voies), avec d’autres implémentations notamment sur le périphérique de Dublin ou à Dartford à l’est de Londres. Sanef entend convaincre le gouvernement d’inscrire ce dispositif au projet de Loi d’orientation des mobilités (LOM), qui sera présenté fin octobre en Conseil des ministres et débattu début 2019 au Parlement. En échange d’un investissement qui serait évalué à 50 M€, le groupe demanderait l’extension de sa concession pour deux ans, rapporte Paris-Normandie.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.