SLO : la progression s’infléchit mais se poursuit Politique et réglementations Stratégie

Bernard Roman, président de l'Arafer, rappelle que le principal concurrent des SLO est le covoiturage longue distance.   © DR
Actualites

Le Club Les Opérateurs

Sandrine Garnier

Rationalisation. Selon l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer), le transport par autocar sur les lignes libéralisées a connu une hausse de 25% au premier trimestre 2017 par rapport au 1er trimestre 2016. Avec 1,35 millions de passagers, la fréquentation est toutefois en recul par rapport au dernier trimestre 2016, confirmant la saisonnalité de l’activité. Depuis le démarrage de l’activité, les Services librement organisés (SLO) ont transporté près de 10 millions de passagers. Les autocaristes desservent plus de villes (204 contre 180 fin 2016) pour un total de 1073 liaisons au 31 mars, contre 985 fin 2016 (+ 9%). La tendance est à la rationalisation, avec moins de départs quotidiens (560 contre 724 au trimestre précédent, soit – 23 % de départs/jour), y compris sur les liaisons les plus fréquentées comme Paris-Lille ou Paris-Lyon. Le chiffre d’affaires du 1er trimestre 2017 s’élève à 18,7 M€ HT, soit une recette moyenne de 4,3 € HT aux 100 km, en baisse de 8,5% par rapport au trimestre précédent, mais en hausse de 30% par rapport au trimestre de référence 2016.

Observatoire étendu au covoiturage. A l’occasion de la Conférence Transport du réseau Réunir, le 15 juin à Lille, Bernard Roman, président de l’Arafer, a précisé que seules 4% des liaisons SLO couvrent des dessertes conventionnées effectuées par autocar. L’Arafer a enregistré au total moins d’une centaine de saisines pour interdiction de la part des collectivités locales. 85% de ces demandes d’interdiction ont été refusées par le régulateur. L’Arafer publie chaque trimestre des statistiques consacrées au développement du marché des lignes d’autocar libéralisées, dans le cadre de sa mission d’Observatoire des transports et de la mobilité. Bernard Roman a évoqué le projet d’inclure le covoiturage longue distance, principal concurrent des SLO, dans le champ de cet observatoire.

Sandrine Garnier

 

 

 

 

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.