Strasbourg : feu vert au GCO Territoires

Ecologistes et riverains figurent parmi les opposants au projet autoroutier.   © PW
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La rédaction

40 ans de débats. Après plus de 40 ans de débat, la création du grand contournement ouest de Strasbourg (GCO ou COS) est sur le point de débuter. Jean-Luc Marx, le préfet du Grand Est, vient en effet de signer, ce 30 août, deux arrêtés autorisant les travaux préparatoires à la construction de cette portion d’autoroute à péage de 24 km, dont la concession a été attribuée en 2016 à Arcos, filiale du groupe Vinci. «Il s’agit d’un enjeu quotidien pour les dizaines de milliers de conducteurs affectés par des difficultés de circulation et des embouteillages quasi permanents sur l’A35, en particulier à l’approche de Strasbourg», pointe Jean-Luc Heimburger, le président de la CCI Alsace Eurométropole.

Un dossier controversé. Si le futur GCO enthousiasme une partie des Alsaciens, il en désole pléthore d’autres, à commencer par les écologistes, ainsi que des habitants des 24 communes qu’il va traverser (et même Brigitte Bardot!). Non contents d’avoir déjà annoncé leur volonté d’attaquer les arrêtés préfectoraux devant le tribunal administratif, certains de ces opposants avaient monté une ZAD, que les autorités ont démantelée le 10 septembre à l’aube. Dany Karcher, le maire de Kolbsheim, commune sur laquelle la ZAD était installée depuis près d’un an, a demandé le report des travaux jusqu’à ce que tous les recours judiciaires aient été étudiés. Les opérations programmées comprennent, notamment, un déboisement légalement interdit après le 15 octobre.

P. W.

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.