TER : l’Alsace Lorraine Champagne Ardenne critique la SNCF Territoires

Le président de la région Alsace Lorraine Champagne Ardenne critique la SNCF à propos du manque de conducteurs pour ses TER  
Actualites

Les Collectivités

Michel Chlastacz

Après l’Aquitaine hier, c’est au tour d’une autre grande région de critiquer la SNCF concernant le manque de conducteurs pour les TER. Dans une lettre à Guillaume Pepy datée du 24 février 2016, Philippe Richert, président de la nouvelle région Alsace – Lorraine – Champagne-Ardenne montre son désarroi et son mécontentement. « Franchement, ne pas en avoir parlé, c’est difficile à imaginer », conclue-t-il sa lettre, rappelant que  quelques semaines auparavant il avait fait part à Guillaume Pepy de l’importance à venir du « cadencement sur le périmètre lorrain à partir du 3 avril prochain [et] de la refonte de la grille horaire au nord de Strasbourg », en corrélation avec la seconde phase de la LGV Est.

 

« Les TER variables d’ajustement face aux TGV et au Transilien »

Aussi, il s’étonne des « récentes annonces sur l’incapacité de la SNCF de produire le plan transport commandé par l’Autorité Organisatrice et validé dans les devis TER 2016 qui ont été approuvé par les trois anciennes régions ». Cela en raison d’une « carence en agents de conduite » amenant 30 TER/jour à « être supprimés d’avril à juin 2016 dont 25 en Lorraine et 6 en Champagne-Ardenne, sur des liaisons particulièrement sensibles ». Le président de la nouvelle région interpelle Guillaume Pepy « sur l’importance [qu’il accorde] aux transports ferroviaires régionaux [ce qui] semble confirmer qu’ils ne constitueraient qu’une variable d’ajustement face aux TGV et au réseau Transilien ». Au-delà du traditionnel « coup de patte »  anti-parisien, Philippe Richert mettrait-il le doigt sur un manque de conducteurs SNCF qui, selon diverses sources, atteindrait près de 300 postes ?

 

 La Lorraine en première ligne

Des élus vosgiens se sont mobilisés hier, mercredi 24 février, pour protester contre le projet de réduction du trafic ferroviaire en Lorraine, avec en premier ligne, le maire de Saint Dié, David Valence, conseiller régional et président de la commission transports. Dans ce reportage diffusé par France 3 Lorraine, l’élu revient sur la suppression des 25 trains pendant trois mois faute de conducteurs par la SNCF et qui concernent uniquement l’ancienne région Lorraine.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.