TER: malgré la crise, Getlink se prépare à répondre aux premiers appels d’offre avec RATP Dev

Eurotunnel a poursuivi ses activités durant le confinement, notamment pour acheminer les marchandises de première nécessité vers le Royaume-Uni.   © DR
Actualites L'actualité

La rédaction

Trésorerie préservée. La sortie du confinement et la fin de la quatorzaine au Royaume-Uni ont permis à Eurotunnel d’augmenter sa part de marché de 6 points, à 65,9% sur les navettes voitures. Les mesures de sécurité sanitaire conduisent en effet à demander aux passagers de rester dans leur voiture, ce qui rassure les voyageurs qui redoutent d’emprunter les transports en commun. Mais c’est à peu près le seul résultat en progression dans cette période marquée par la crise du Covid-19. Le trafic des navettes de voitures particulières a baissé de 52%, et celui des autocars de 65%. Le trafic des Eurostar, quant à lui, a dégringolé de 62%. En comparaison, les navettes camions ont plutôt bien résisté, avec une baisse de 18%, contenue du fait de la nécessité d’acheminer des marchandises essentielles via le Channel. En revanche, le fret ferroviaire a subi un recul de 27%. Le chiffre d’affaires du groupe Getlink, maison-mère d’Eurotunnel, s’inscrit en baisse de 29% à 369 millions d’euros. Malgré la mauvaise conjoncture, l’Ebitda du 1er semestre demeure positif à 123 millions d’euros, dont 120 générés par Eurotunnel, qui a vu ses charges d’exploitation baisser de 7%, malgré le coûts des mesures barrières anti-Covid (2,3 millions d’euros). Au 30 juin, la trésorerie du groupe s’établit à 511 millions d’euros. Une fierté pour Jacques Gounon, président de Getlink.

Grand-Est en ligne de mire? Malgré la crise et les incertitudes, Getlink reste engagé auprès de RATP Dev dans le processus d’ouverture à la concurrence des lignes de TER françaises. Le partenariat conclu entre les deux entreprises en fin d’année 2019 entre dans sa phase de concrétisation. Après la décision de la région Grand Est d’accélérer la procédure de libéralisation pour la ligne Nancy-Contrexéville et la liaison Bruche-Piémont-Vosges, les équipes des deux entreprises se sont rencontrées le 22 juillet afin de se mettre en ordre de marche. Le nouveau directeur général de Getlink, venu de Transdev, Yann Leriche, estime d’ailleurs que «le groupement marche très bien». Les appels d’offres de Grand Est sont annoncés pour la fin d’année, et semblent correspondre à la stratégie des deux partenaires, car ils comprennent à la fois l’infrastructure et l’exploitation. «Notre point fort réside dans notre expertise de la gestion des infrastructures ferroviaires du réseau national», précise Jacques Gounon. De son côté, «RATP Dev est légitime pour l’exploitation et la maintenance des systèmes dédiés au transport de voyageurs», a déclaré Laurence Batlle, présidente de RATP Dev, dans une interview à lire dans le dernier numéro de Bus&Car Connexion.

S. G.

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.