Transports franciliens : pas assez de « malus » pour les manques de régularité de la SNCF et RATP Politique et réglementations Stratégie Territoires

Les bonus confortables versés par le Stif aux opérateurs ne reflètent pas le ressenti des usagers d'Ile-de-France.   © © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La Rédaction

L’Association des usagers de transport (AUT) dénonce la façon dont le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif) attribue ses « bonus-malus » à la SNCF et à la RATP. La (mauvaise) régularité ne serait pas assez prise en compte.

Le Stif serait-il trop conciliant avec les deux principaux opérateurs de transport francilien, RATP et SNCF ? C’est en tous les cas le sentiment de l’Association des usagers de transport (AUT), qui goûte peu le système de « bonus-malus » mis en place par le Stif.

En 2009, celui-ci a en effet versé près de 14 millions d’euros de bonus à la RATP et plus de 4 millions à la SNCF, des enveloppes loin de refléter le vécu des passagers.

La régularité pour un quart seulement

Pour calculer le « bonus-malus », versé par le Stif dans le cadre du contrat qui le lie aux deux opérateurs, le critère de régularité ne pèse que pour un quart, il partage la scène avec la propreté des trains et des gares, la disponibilité des escaliers mécanique ou encore l’information donnée aux voyageurs.

Le Stif ne joue l’autruche et refuse de planter sa tête dans un tunnel. Le syndicat reconnaît qu’il pense donner plus de poids au critère régularité dans le calcul du « bonus-malus ».

Les craintes des syndicats

Mais cette solution n’est pas sans risque selon les syndicats des deux entreprises, qui craignent que les opérateurs misent sur les lignes les plus lucratives en terme de bonus, au détriment de celle rapportant moins.

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.