Transports urbains : des effectifs plus féminins et vieillissants Politique et réglementations

Le bilan social 2016 de l'UTP a été publié le 15 juin.   © DR
Actualites

Les Collectivités Les Opérateurs

La rédaction

Faible progression. L’emploi dans le transport public urbain (hors RATP et SNCF) a légèrement progressé en 2016 (+0,4% par rapport à 2015), selon le bilan social de l’Union des transports publics (UTP) publié le 15 juin. Cette progression est la plus faible depuis une décennie. « Compte-tenu de la maturité du secteur, les créations de postes sont aujourd’hui essentiellement liées à l’accroissement de l’offre dans certains réseaux : prolongement de lignes, renforcement des fréquences », commente l’UTP. Les effectifs du panel de l’UTP, constitué de 129 réseaux essentiellement basés en régions, ont atteint 47 936 salariés en CDI (dont 5,5% de temps partiels) en 2016, ce qui représente 90% de l’emploi de la profession (hors RATP et SNCF).

Absentéisme au plus haut. La durée moyenne hebdomadaire de travail des salariés de la branche était l’an dernier de 34,6 heures. La féminisation continue de progresser (+0,6 point en un an) pour s’établir à 19,6% des effectifs. Parallèlement, les effectifs vieillissent : la part des salariés âgés de 41 à 50 ans, de 51 à 54 ans et de + de 60 ans s’accroît, les salariés âgés de 41 à 50 ans étant les plus nombreux (34,7 % de l’effectif total en 2016). 34,5 % des salariés ont plus de 50 ans. Pour la troisième année consécutive, l’absentéisme est en outre à son plus haut niveau depuis 10 ans (7,48%). En 2016, les salariés ont vu leur rémunération augmenter en moyenne entre +0,2 et +1,1%, selon les catégories professionnelles et l’ancienneté.

La rédaction

 

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.