- Bus&Car – Connexion Transports Territoires - http://www.busetcar.com -

Troisième ligne de métro de Toulouse : un débat public riche qui valide l’intérêt du projet

Rencontres variées. Le 16 février, la commission particulière du débat public (CPDP) a présenté  le compte-rendu de trois mois de débat sur la troisième ligne de métro de Toulouse, considérée par son président Jacques Archimbaud comme « l’un des chantiers les plus importants en Europe après le Grand Paris, dans une ville qui représente l’une des plus faibles parts du transport en commun des métropoles françaises ». Du 12 septembre au 17 décembre, ce débat a suscité un vif intérêt dans la population. 80 rencontres de formes variées (voir carte ci-dessus) se sont tenues dans toute l’agglomération, impliquant de très nombreux citoyens, associations, entreprises, comme le montre le bilan chiffré publié par la CPDP :

La desserte est approuvée. 5000 personnes ont répondu au questionnaire sur la 3ème ligne. Pour les trois-quarts, « la réalisation de la troisième ligne de métro est une priorité », devant l’extension du réseau de tram (15%) et le renforcement du réseau TER (13%).  Mais, précise Jérôme Laurent, membre de la commission, « beaucoup croient que ce sont les autres qui utiliseront cette ligne, plus qu’eux-mêmes ». Pour 96% des répondants, ce métro les inciterait à laisser leur voiture au garage. Le choix de desserte des deux extrémités de la ligne est plus ou moins approuvé : celle de la gare de Labège, à l’est, à 58% et celle de la gare de Colomiers, à l’ouest, à 47%. Sur le tracé, aucune station n’est massivement rejetée mais trois d’entre elles seulement le sont quand même par environ 10% des répondants. La ligne doit donc être améliorée, en tenant compte des critiques. Par ailleurs, seuls 43% des répondants affirment leur confiance dans la capacité de financer une ligne à 2,1 milliards d’euros et 53% dans la date de réalisation de la ligne d’ici 2024.

A l’issue de ce débat, la commission émet quatre recommandations à Tisséo dont celle d’étudier les alternatives qui ont émergé lors du débat. « Les contre-propositions ont du bon sens aussi. Nous souhaitons qu’elles soient étudiées comme le projet initial », indique notamment Jérôme Laurent. Tisséo dispose de 3 mois pour répondre. Si vous souhaitez en savoir plus, l’ensemble des 118 pages du compte rendu est consultable sur le site de la commission.