UK: les paiements à bord des bus en espèce supplantés par les règlements numériques

43% des paiements à l’acte à bord des véhicules ont été effectués en espèce et 45% par le biais d’une carte bancaire (sans contact) ou avec un smartphone équipé d’Apple Pay ou Google Pay.   © First Bus
Actualites

Grégoire Hamon

Basculement. L’opérateur de transport First Group, qui opère l’un des plus gros réseau de bus au Royaume-Uni (First Bus) indique que, pour la première fois, le nombre d’utilisateurs ayant payé avec un mode sans contact à bord de ses bus a dépassé ceux qui payaient en espèce. Selon l’entreprise, 43% des paiements à l’acte à bord des véhicules ont été effectués en espèce et 45% par le biais d’une carte bancaire (sans contact) ou avec un smartphone équipé d’Apple Pay ou Google Pay. Le reste des billets (13%) est vendu par des tiers. Après un premier déploiement d’Apple Pay, FirstGroup a également commencé à utiliser Google Pay avec un premier projet pilote à Glasgow depuis la fin du mois d’octobre 2019. La solution sera ensuite déployée à l’ensemble du réseau britannique qui compte plus de 1,6 million de passagers. «Cette innovation marque le début d’une nouvelle façon de voyager car elle permettra aux passagers d’appuyer simplement sur leur smartphone Android sur n’importe quel lecteur sans contact pour valider leur voyage, via Google Pay, qu’ils utilisent régulièrement pour leurs autres cartes numériques», a déclaré Dave Lynch, directeur de l’information chez First Group.

L’étape de validation vient de sauter sur Apple Pay. Au même moment, Apple et Citymapper indiquent que les utilisateurs des transports londoniens ont désormais la possibilité de payer leur titres de transport sans étape de validation (à condition d’avoir un iPhone). Ils devaient au préalable authentifier l’achat de leur titre de transport à la station ou à la borne de transit à l’aide de l’une des trois fonctions de sécurité que sont Face ID (identification du visage), Touch ID (empreinte digitale) ou d’un code d’accès. Place désormais au «Transit Express» qui autorise l’acte d’achat d’un simple contact de l’iPhone, ou de l’Apple watch, comme c’est déjà le cas à New-York, Shanghaï ou au Japon. De quoi gagner quelques secondes devant les bornes.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.