Veolia-Transdev : le nouveau colosse du transport public se tient prêt Pratique et ressources Stratégie

Un autobus Veolia à Baltimore (USA)   ©  © DR
Actualites

Le Club Les Industriels Les Opérateurs

La Rédaction

Bus & Car revient sur la fusion des groupes Veolia et Transdev annoncée fin juillet 2009. Le nouveau colosse des transports publics devrait faire ses premiers pas en 2010 mais certains points restent à régler du côté de la RATP.

Les groupes de transport public profitent souvent de la période estivale pour effectuer des rachats. Cet été 2009, l’activité a été relativement calme en nombre, mais pas en conséquence.

C’est la Caisse des dépôts et consignation (CDC) qui a animé les débats en cherchant à marier sa filiale Transdev. Et Veolia a été préféré à Keolis pour réaliser l’union (voir la carte des grands groupes de transport en France). Le nouveau couple va donner naissance à un géant du transport public qui affichera un chiffre d’affaires de 8,3 milliards d’euros, de quoi en faire le premier opérateur mondial.

Une fusion surprenante à 50/50

Il s’agit d’une fusion à 50/50, la CDC et Veolia seront à parité dans le capital de la nouvelle entité. Cette équité peut sembler surprenante compte tenu du poids des deux protagonistes. Le chiffre d’affaires de Veolia Transport est de 6,059 milliards d’euros contre « seulement » 2,27 milliards pour Transdev. Pour éviter de faire pencher la balance, Veolia Transport apportera une partie de sa dette en guise de dot.

Encore des « détails » à régler avec la RATP

L’équilibre devrait également être de mise sur le plan de la gouvernance. La nouvelle équipe dirigeante promet d’être équitablement répartie entre les membres de Veolia Transport et ceux de Transdev.

Il reste toutefois quelques détails à régler avec la RATP pour que le nouveau couple puisse définitivement convoler en juste noce. En effet, la régie francilienne, qui détient toujours 25,6% du capital de Transdev, va certainement s’en délester. Aussi, elle pourrait réclamer quelques actifs en échanges de ses parts et lorgnerait sur des actifs de Transdev au Royaume-Uni et en Espagne. De quoi animer les négociations et les débats jusque début 2010.

Écouter l’interview de Cyrille du Peloux
S’abonner à Bus & Car

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.