Aux Pays-Bas, un bus sur quatre roulera à l’électricité d’ici la fin 2020

Les Pays-Bas comptaient 770 bus électriques en circulation fin 2019, soit plus du double de l’année précédente.   © Ebusco/Crow
Actualites

Grégoire Hamon

Disparition des bus diesel en 2030. Les Pays-Bas passent aux autobus électriques plus rapidement que tout autre pays européen. Selon les dernières publications statistiques publiées par Crow, l’institut néerlandais des infrastructures, du trafic et du transport, le pays comptait 770 bus électriques en activité fin 2019, soit plus du double de l’année précédente (360 véhicules en 2018). Ces bus zéro émission représentent désormais 15% de l’ensemble du parc public (5.236 bus au total) et cette part passera à 25% cette année. 618 nouveaux bus électriques sont déjà prévus pour 2020 et près d’un millier de bus zéro émission doivent être livrés à partir de 2021. Le gouvernement néerlandais a en effet signé en 2016 un accord avec tous les opérateurs de transports publics stipulant qu’aucun nouveau bus diesel ne pourra être commercialisé à partir de 2025. Cinq ans plus tard, en 2030, plus aucun bus diesel ne sera autorisé à circuler.

Trandev et Keolis bien placés. Les provinces les plus avancées en matière de motorisation électrique sont celles dont les concessions ont été récemment renouvelées (les Pays-Bas sont divisés en 37 concessions). Ainsi, celles de Groningue et Drenthe, dans le Nord, sont électriques à 47%. Suivent celles du Limbourg (37%) et de la Hollande-Septentrionale (31%). Selon le classement effectué par Crow, l’opérateur Qbuzz (filiale indirecte de FS, l’opérateur ferroviaire national italien) possède la plus grosse flotte électrique avec 224 bus. Suivent Connexxion (Transdev) avec 193 bus et Arriva (Deutsche Bahn) avec 157 bus. Quatre constructeurs occupent le gros du marché, à commencer par le néerlandais VDL qui a fourni 486 bus électriques. Son compatriote Ebusco occupe la seconde place avec 110 bus (ces derniers, conçus aux Pays-Bas à partir de pièces européennes sont ensuite assemblés en Chine). On retrouve ensuite Heuliez (49 bus) et BYD (44 bus). Pour 2020, on notera la méga-commande effectuée par Keolis pour les provinces de Overijssel, Flevoland et Gelderland, avec 259 bus BYD, ce qui a notamment déclenché la colère de Wim van der Leegte, patron de VDL. La seconde grosse commande émane d’un autre français, Transdev, qui, à travers sa filiale Connexxion, attend 156 bus électriques d’Ebusco pour desservir Amsterdam et la région de Haarlem.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.