Grand Lyon: Bruno Bernard préfère le téléphérique au métro

Élu président de la Métropole de Lyon le 2 juillet, Bruno Bernard a dressé ses priorités en matière de transport.   © DR
Actualites

La rédaction

Augmentation de 20% de l’offre bus. À peine élu à la tête de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard a dévoilé les premiers axes de la politique qu’il entend mener en commençant par la mobilité. Il souhaite en la matière une «politique forte». Celui qui devrait cumuler la présidence de la Métropole avec celle du Sytral (Syndicat des transports du Rhône et de l’agglomération lyonnaise) a annoncé une augmentation de 20% de l’offre de bus et la réalisation de 20 kilomètres de lignes de tramway. Du côté du métro, la ligne E prévue pour relier Bellecour ou la Part-Dieu à Tassin pourrait avoir du plomb dans l’aile. Même si les études sont bouclées, Bruno Bernard a précisé dans son premier discours de président qu’il lancerait «le prolongement d’au moins une ligne ou la création d’une nouvelle, celle la plus utile aux habitants». Reste à définir plus précisément la notion d’utilité, mais, durant la campagne, les écologistes ont toujours marqué leur hésitation vis-à-vis de cette ligne vers l’ouest de Lyon. Enfin, le président de la Métropole a assuré qu’il allait «très rapidement» prendre attache avec Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, pour «avancer sur le projet de RER à la lyonnaise et sur la tarification unique entre le Sytral et la SNCF».

Câble. Bruno Bernard a en revanche surpris en annonçant qu’il espérait «les premières télécabines». Il envisage en effet deux tracés, l’un entre la zone d’activité Techlid et le quartier de Vaise, et l’autre entre Francheville Sainte-Foy et Lyon. Ces projets ne sortent pas du néant, ils ont fait l’objet d’études de la part du Sytral. Lequel les avait écartés en raison du mauvais rapport entre le coût et leur capacité. Ainsi, les études du Sytral, rendues publiques en fin d’année dernière, montraient qu’il fallait investir 210 millions d’euros pour construire un téléphérique entre Francheville et Gerland ponctué de 7 stations permettant d’acheminer 4.000 voyageurs par jour. 125 millions d’euros pour à peine plus de 3 kilomètres entre Caluire et Vaise, avec des cabines d’une capacité de 1.000 à 2.000 personnes par jour. Une troisième ligne avait aussi été étudiée entre le plateau nord et le grand Montout, à Décines, elle se chiffrait à 150 millions d’euros. Pour l’heure, le nouveau président de la Métropole n’a pas précisé s’il entendait s’appuyer sur ces tracés et ces études pour pousser ses pions en matière de transport par câble. Il n’a pas non plus désigné son vice-président en charge des Transports, mais, selon nos informations, Jean-Charles Kohlhaas, le 5e vice-président, pourrait hériter de cette délégation.

F. S.

 

 

 

 

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.