Italie: FlixBus proteste contre l’abandon des autocaristes

Le directeur général de FlixBus Italie, Andrea Incondi, a protesté contre le manque de soutien accordé par le gouvernement italien aux autocaristes.   © DR
Actualites L'actualité

La rédaction

«Coup mortel». L’autocariste FlixBus veut saisir la Commission européenne pour protester contre la politique du gouvernement italien, qui n’a pas inséré les professionnels de transport de passagers dans la liste des entreprises pouvant bénéficier des aides dégagées pour relancer les secteurs affaiblis par la crise sanitaire. «Le texte approuvé par le parlement est un coup mortel pour les autocaristes spécialisés dans les lignes de longues distances, nous sommes extrêmement déçus», affirme Andrea Incondi, directeur général de FlixBus Italie. Pourtant, plusieurs députés toutes tendances politiques confondues, avaient déposé des propositions d’amendements avant l’adoption du décret économique sur les aides aux entreprises. «L’absence de ressources et d’interventions ciblées va pénaliser les professionnels de transport et en rebond, les salariés et les passagers qui ont bénéficié jusqu’à présent des services offerts par des dizaines d’entreprises italiennes qui ont ponctuellement investi pour améliorer la qualité de leur offre», ajoute Andrea Incondi. Pour la direction de FlixBus, «l’indifférence de la classe politique italienne remet en question l’avenir du secteur et celui des liaisons intermodales mises en place durant les dernières années»

Concurrence déloyale. L’opérateur souligne également l’introduction d’une concurrence déloyale, qui pénalise les autocaristes mais favorise le transport ferroviaire, qui bénéficie des aides gouvernementales débloquées. Pour FlixBus, cette décision va à l’encontre des indications données par la Commission européenne sur la concurrence. «Cette distorsion des règles sur la concurrence entraînera automatiquement une augmentation des prix, d’où la nécessité de saisir la Commission européenne pour demander le blocage des normes adoptées par le gouvernement italien qui favorisent une partie du transport de passagers et pénalisent certaines catégories», analyse Andrea Incondi.

A. D.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.