L’autopartage veut parler d’une seule voix en France

L’association compte profiter des prochaines élections municipales pour que les communes réservent 1 % des places de stationnement à l’autopartage.   © Photomontage GH
Actualites

Grégoire Hamon

11 acteurs majeurs de la filière. La filière de l’autopartage en France vient de se structurer en annonçant la création, le 23 janvier dernier, de l’Association des acteurs de l’autopartage (AAA), qui a pour vocation de réunir tous les opérateurs ainsi que les fournisseurs de technologie œuvrant au développement de l’autopartage en France. L’AAA regroupe les 11 acteurs majeurs de la filière en France, à savoir Clem’, Citiz, Communauto, Getaround, Mobility Tech Green, Modulauto, Mov’InBlue, ShareNow, Totem Mobi, Ubeeqo (filiale de Europcar Mobility Group), et Vulog. «Collectivement, ces entreprises opèrent la quasi-totalité des véhicules en autopartage proposés au grand public et aux entreprises en France, dans plus de 150 communes», indique l’association dans son communiqué. Afin de promouvoir l’autopartage en France, et d’en favoriser le développement, l’AAA s’est fixé comme objectif de devenir un interlocuteur de référence pour les pouvoirs publics, à l’échelle nationale comme à l’échelle locale. L’AAA suivra, par exemple, les décrets d’application de la LOM pour accompagner le développement de plateformes Maas, ou encore la mise en œuvre du forfait «mobilité durable» au bénéfice des salariés. L’association se mobilisera aussi sur des sujets majeurs comme l’obtention de financements CEE en échange des économies d’énergie générées par la filière, et le déploiement de labels autopartage sur le territoire français.

Politique ambitieuse. L’association compte profiter de l’arrivée des prochaines élections municipales «pour inciter les candidats à se doter d’une politique ambitieuse en faveur de la mobilité partagée, et en particulier de l’autopartage sur trois sujets principaux: réserver 1% des places de stationnement de leurs communes à l’autopartage, se doter d’un « label autopartage » et mettre en œuvre une « prime à la mobilité durable »». Pour favoriser la mise en place de ce mode de transport économique et écologique, l’AAA entend multiplier les initiatives locales : mise à disposition d’autorisations de stationnement, de places de stationnement en voirie réservées ou d’infrastructures de recharge par exemple. Enfin, l’association veut également sensibiliser les entreprises aux bénéfices du covoiturage. La voix de la filière sera portée par le président de l’association, Jean-Baptiste Schmider – Citiz, ainsi que par son vice-président, François Denis – Ubeeqo. L’Association des acteurs de l’autopartage a vocation à travailler avec les autres acteurs de la mobilité, notamment l’Alliance des mobilités constituée au sein du Conseil national des professionnels de l’automobile (CNPA).

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.