Navya lance son premier service public autonome sur route ouverte au Japon

Ce nouveau service de mobilité autonome est une réponse face au vieilissement de la population et à la pénurie de chauffeurs de bus et de taxis.   © Navya
Actualites

La rédaction

Population vieillissante. Navya retrouve le sourire au Japon. En avril, la ville de Sakai mettra en service au Japon des navettes électriques autonomes conçues par Navya. Cette cité de 830.000 habitants de la préfecture d’Osaka s’appuiera sur le système de management de flotte «Dispatcher» proposé par SB Drive, une filiale de SoftBank Corp (dédiée à la mobilité autonome) partenaire de Navya. Dispatcher est capable de superviser à distance le fonctionnement simultané de plusieurs navettes autonomes. Ces dernières seront opérées par Macnica (groupe japonais d’électronique et de solutions numériques) sur des trajets qui relient les établissements médicaux, les bureaux de poste, les écoles ainsi que les banques de la ville. Sakai, SB Drive et Macnica ont récemment conclu un accord de coopération pour revitaliser la région et l’industrie, mais aussi pour améliorer la vie quotidienne des résidents grâce à un nouveau service de mobilité. «Ce nouveau service de mobilité autonome est une réponse aux défis sociétaux auxquels la ville de Sakai, et de manière générale le Japon, fait face. De nouvelles formes de mobilité s’imposent devant une population vieillissante et une pénurie de chauffeurs de bus et de taxis», indique Navya dans un communiqué.

D’autres partenariats visés. Le marché asiatique apparaît comme une diversification salutaire pour Navya, qui vient de connaître un exercice 2019 difficile, avec un chiffre d’affaires en baisse de 21% par rapport à 2018 (15 millions d’euros contre 19 millions d’euros). L’an dernier, l’entreprise de Villeurbanne a commercialisé 44 navettes autonomes (contre 63 en 2018), les États-Unis représentant son premier marché avec 22 véhicules vendus (dont deux flottes de cinq navettes au dernier trimestre 2019). Navya se recentre désormais sur la technologie autonome, plutôt que sur la conception de navettes de A à Z, et vise le déploiement de sa technologie sur une à deux nouvelles plateformes au cours de l’exercice 2020. L’an passé, Navya s’est déjà associé avec le constructeur Charlatte Manutention pour proposer en première mondiale un tracteur à bagages autonome sur l’aéroport de Toulouse-Blagnac. Navya compte également étendre sa présence à l’international, notamment dans la zone Asie-Pacifique.

G. H.