Poitiers – Limoges: union sacrée pour la RN147

La RN147 qui relie Poitiers à Limoges est considérée comme une des routes les plus dangereuses de France.  
Actualites L'actualité

La rédaction

Attente de la DUP. Les présidents de la Région Nouvelle-Aquitaine, du département de la Haute-Vienne et de la communauté urbaine de Limoges, ont décidé de mettre la main à la poche pour accélérer l’amélioration de la RN147 entre Limoges et Poitiers. Ils proposent à l’État de financer à parts égales les 33M€ manquant pour la mise à 2×2 voies d’un tronçon de 7 km au nord-ouest de Limoges, entre Couzeix et Bellac. Car si ces travaux d’un montant de 92M€ sont prévus de longue date, avec 61M€ inscrits dans le Contrat de Plan, restait 31M€ à financer. «Nous allons prendre en charge 15,5M€ répartis à parts égales, explique Alain Rousset, le président de Nouvelle-Aquitaine. Et la Région va proposer à l’État de faire l’avance des 15,5M€ qui lui incombent.» Les trois collectivités demandent désormais à l’État de prendre la déclaration d’utilité publique sans délai, d’engager les études de projet et les travaux au plus vite. Au mieux, les études ainsi que les acquisitions foncières débuteront d’ici la fin de l’année, et les travaux en 2022. Par ailleurs, la Région et le département vont prendre à leur charge le surcoût d’aménagement de deux créneaux de dépassement au Sud de Bellac, respectivement à 75% et 25%, soit 2M€ sur les 14M€ de ce chantier également prévu au CPER.

Vers une autoroute concédée. Reste à ce que l’État respecte ses engagements financiers dans ce dossier jugé prioritaire depuis la fusion des trois régions Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes: désenclaver Limoges et améliorer la liaison Limoges-Poitiers, soit 130 km parcourus en plus de 2 heures avec un trafic en hausse constante (10 à 12.000 véhicules/jour, dont 12% de poids-lourds) et une augmentation de 20% prévue à l’horizon 2040. Pour y parvenir, les acteurs économiques du Limousin, parmi lesquels de nombreux autocaristes, voyagistes et d’organismes professionnels  (FNTV, FNTR et FTL), plaident plutôt pour une autoroute concédée, arguant que l’État n’a plus les moyens financiers de mettre à niveau cet axe.

O. J.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.