PSA fait un pas de plus vers l’Airbus des batteries

PSA s’engage, pour l’instant… à étudier le dossier.   © PSA
Actualites

Grégoire Hamon

Hésitation. Le constructeur PSA, s’il ne refuse pas de participer au projet européen d’Airbus des batteries, n’est pas encore convaincu à 100%. Lundi 20 janvier, le conseil de surveillance du constructeur a bien donné son «feu vert» à l’étude d’une coentreprise de batteries avec Total et sa filiale Saft devant permettre à l’Europe de rattraper son retard sur l’Asie en matière de stockage d’électricité pour les véhicules. «Le conseil de surveillance a donné mandat pour poursuivre les travaux en vue de la création d’une joint-venture PSA-Opel-Total-Saft pour la conception, la fabrication et la commercialisation de modules de batteries pour le secteur automobile», a indiqué un porte-parole à l’agence Reuters. Toutefois, la décision de lancer ou non cette joint-venture ne sera prise qu’à l’issue des travaux engagés. Le coût global du projet, qui devrait dépasser les 5 milliards d’euros, peut justifier cette hésitation.

Subventions. Le projet d’Airbus des batteries, soutenu par la France et l’Allemagne depuis 2017, a reçu l’aval de la Commission européenne en décembre 2019, lorsqu’elle a signifié qu’elle ne s’opposerait pas au versement de subventions par ces deux pays. Dans la foulée, la région des Hauts-de-France annonçait qu’elle était entrée en négociations exclusives avec PSA pour implanter à Douvrin, dans le Pas-de-Calais, l’un des deux sites de production de cellules et modules de batteries (le second ouvrira en Allemagne). Le gouvernement français a promis 690 millions d’euros de subventions, tandis que les Hauts-de-France et les collectivités locales concernées pourraient débloquer de leur côté 121 millions d’euros. Mais la grosse majorité des investissements devra venir d’investisseurs privés.

G. H.

Message

Veuillez vous identifier pour laisser un commentaire, cliquez ici pour vous identifier

  • Il n'y a pas de commentaire sur cet article. Soyez le premier à réagir.