Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Temsa veut lancer des bus électriques sur le marché français en 2020

Image

Crédit photo

Après la reprise d'une partie des activités de DCG, le président de Temsa France, Serkan Uzunay, répond à Bus&Car Connexion.

Bus&Car Connexion: Vous avez repris une partie des activités de Dietrich Carebus Group. Comment s’est effectué ce passage de relais?
Serkan Uzunay: A la suite des difficultés rencontrées par notre partenaire Dietrich Carebus Group, qui représentait la marque Temsa depuis 20 ans en France, nous avons décidé de nous engager en direct sur le marché français, exactement comme nous l’avions fait il y a dix ans en Allemagne avec Temsa Deutschland, et il y a un an aux Etats-Unis. Créée le 1er novembre dernier, Temsa France (TFR) a repris 54 salariés de Dietrich. Ces équipes connaissent bien la marque et les véhicules Temsa, et nous souhaitions conserver leur savoir-faire et leur expérience, tout en leur apportant le soutien du groupe Temsa.

BCC: Quelles sont vos ambitions pour le marché français?
S.U.: Après la reprise et la période de transition, nous voulons travailler en priorité sur la relation avec nos clients, pour être présents sur l’ensemble du territoire français avec une qualité d’écoute et de service, aussi bien sur l’approche commerciale que sur l’après-vente. Il y a 5.000 véhicules Temsa en circulation en France, et nous consacrons tous nos efforts pour apporter à nos clients le niveau de réactivité et de disponibilité qu’ils attendent. Nous venons d’enregistrer plus de 100 commandes en un mois, ce qui est un signal encourageant. Cela montre que nous avons conservé la confiance de nos clients malgré les difficultés traversées à l’automne. Nous voulons accroître notre part de marché dans les années à venir, en renforçant notre visibilité et en élargissant notre gamme de véhicules.

BCC: Comptez-vous proposer des solutions alternatives au diesel?
S.U.: Notre équipe dédiée aux processus d’homologation est en train de travailler au lancement sur le marché français de trois modèles de bus électriques destinés aux réseaux urbains: 9 mètres, 12 mètres en deux versions, avec charge lente ou pantographe. Nous en avons déjà vendu quelques-uns dans le nord de l’Europe, et en Turquie bien sûr. En France, le développement de l’électromobilité est soutenu par une stratégie gouvernementale, qui se traduit notamment par la mise en place des zones à faibles émissions. Nous avons également une gamme de véhicules GNC, qui ne sont pas encore homologués pour le marché français. Et sur les autres segments, nos modèles thermiques restent tout à fait compétitifs.

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format