Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Ambuliz lève 1 million pour sa plateforme de transport sanitaire

Image

Crédit photo

Maillage national. La start-up rennaise Ambuliz, qui a développé une plateforme de réservation de transport sanitaire, vient de lever 1 million d’euros avec le renfort, notamment, du fonds breton West Web Valley. Ambuliz était déjà soutenue par le groupe de cliniques Vivalto Santé et travaille avec une quarantaine d’hôpitaux situés majoritairement dans le tiers Ouest du territoire (Bretagne, Pays de Loire, Centre-Val-de-Loire…) et en région parisienne. L’entreprise vise désormais un maillage national avec sa plateforme, qui permet une commande facilitée des ambulances et digitalise les bons de transport et les démarches administratives des ambulanciers et des hôpitaux. «Seuls 40% du temps de travail d’un ambulancier sont facturés, car celui-ci passe énormément de temps à attendre son patient ou à faire des trajets à vide. À l’inverse, infirmiers et médecins se plaignent de temps d’attente interminables lors des sorties de patients», indique Ambuliz.

Tours de contrôle. «Désormais en charge de la facturation d’une partie des transports, les établissements de santé apprécient la démarche. Mais il ne faut pas s’arrêter à du pur numérique si on veut vraiment améliorer les choses. Il faut aller bien plus en profondeur dans les flux hospitaliers», explique Antoine Bohuon, cofondateur. La start-up crée ainsi des pools d’ambulanciers qui limitent les retours à vide, et imagine avec les hôpitaux des trajets facilités pour les ambulanciers au sein des établissements et va même jusqu’à proposer des coordinateurs de flux au sein des établissements. «Dans un univers qui fait de plus en plus place à l’hospitalisation ambulatoire et qui souffre d’un manque récurrent de lits, l’essor des technologies numériques doit faire émerger de vraies tours de contrôle des flux hospitaliers, internes et externes», poursuit Antoine Bohuon. Ambuliz n’est pas la seule à profiter de la mise en place de l’article 80 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2017, qui confie aux établissements de santé (et non plus à la Sécurité sociale) le financement des transports inter et intra-établissements. En janvier dernier, la start-up Sanilea a également levé 2,5 millions d’euros pour organiser le transport d’un million de patients en 2020 (contre 400.000 en 2019).

G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format