Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Application de traçage: la tentation du contrôle permanent

Image

Crédit photo

Spectre beaucoup plus large. L’application StopCovid contribuera-t-elle à l’instauration d’un système de surveillance de masse, répondant au principe que tout système de protection temporaire ne demande qu’à se pérenniser et s’amplifier ? Le Guardian rapporte que la ville chinoise de Hangzhou envisage de transformer l’application de traçage contre le coronavirus en un outil de suivi permanent de la santé des concitoyens. Située au sud-ouest de Shanghai, cette ville de 10 millions d'habitants abrite notamment le siège du géant du commerce en ligne Alibaba. La semaine dernière, le directeur de la commission de santé de la ville a indiqué qu’il comptait intégrer dans cette application d’autres données de santé avec un spectre beaucoup plus large que la seule positivité au Covid-19. Dans l'application proposée, le statut d'un individu serait codé par couleur et noté sur une base 100 à partir de ses dossiers médicaux, du résultats de ses tests physiques, de son niveaux d'activité et d'autres choix de style de vie comme le tabagisme. Cela revient, dans les faits, à un niveau de surveillance des moindres faits et gestes. Ainsi, selon des captures d'écran rapporté par le quotidien, boire un verre de vin blanc ferait baisser le score de 1,5 point, tandis que dormir pendant sept heures d’affilées pourrait l'améliorer d'un point. Selon les médias chinois, les autorités de Hangzhou prévoient de préparer l'application d'ici la fin du mois de juin. La commission de la santé de la ville a déclaré que le système proposé serait un «pare-feu pour améliorer la santé et l'immunité des personnes» après la pandémie. Quelques protestations s’élèvent dans le pays mais seront-elles entendues?

De facultatif à obligatoire. Le projet de Hangzhou n’est pas sans rappeler l’évolution qu’a connu l’application TraceTogether lancée par Singapour. Jugée peu fonctionnelle, puisque basée sur des échanges Bluetooth en arrière plan (comme StopCovid), l’application a été remplacée par une autre solution baptisée SafeEntry. Devenue quasiment obligatoire, alors que TraceTogether était optionnelle, SafeEntry oblige les utilisateurs à scanner des QR-code à chaque fois qu’ils se déplacent (gares, stations, etc.) ou entrent dans des bâtiments (entreprises et lieux ouverts au public comme des centres commerciaux voire des parcs). Ailleurs, en Inde, l’application de traçage Aarogya Setu, qui était initialement facultative, est devenue obligatoire au mois de mai pour les employés du secteurs public et de nombreuses entreprises privées.

G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format