Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Après Aix, Orléans choisit l’ieTram 12 m

Plus de cent bus électriques Irizar en France ! Sixième agglomération française à choisir Irizar pour ses bus électriques, Orléans Métropole va permettre à Irizar de franchir le cap des cent bus électriques en service en France (118 commandes en cours de livraison). Pour les observateurs, ce parc roulant autorise la comparaison de plusieurs solutions. On remarque qu’à ce jour, l’Irizar ieBus ne s’est vendu en France qu’en version 12 m, avec charge au dépôt et en petits volumes (9 à la RTM de Marseille, 3 pour LiA au Havre). C’est la version BHNS appelée ieTram qui représente donc 90% des ventes aux réseaux urbains français. Ils l’associent toujours à un dispositif de charge rapide. Sur ce point, le groupe Irizar a la particularité de réaliser les postes de charge, lente ou rapide, ainsi que la perche de captage en toiture. À condition d’en avoir le besoin, une grande capacité réduit le surcoût d’une énergie alternative ramené à la place offerte. Cela explique en partie que l’ieTram 18 m représente à lui seul 51,7% des bus Irizar français. On le croise à Amiens et Bayonne. Quant à la RDT 13, intervenant pour Aix-en-Provence, elle fut la première à opter pour l’ieTram 12 m. Aujourd’hui, Orléans fait le même choix. Sacrifiant l’accessibilité à l’esthétique, l’ieTram se contente d’une porte simple à l’avant. C’est sans conséquence tant que la distanciation sociale du contexte Covid-19 provoque la neutralisation des portes avant.

Orléans poursuit son électrification. Entré en service en 2000, le tram Alstom Citadis d’Orléans a marqué le début de la conversion du réseau au «tout électrique». Confié à Keolis, le réseau TAO d’Orléans se caractérise par sa démarche d’expérimentation de nombreux véhicules. En 2019, le réseau essayait des bus électriques 12 m (BYD, Heuliez, Yutong) et 18 m (BYD, VDL) ainsi qu’un minibus Bolloré et un ludospace Nissan. Au-delà du véhicule, TAO expérimente différents types de batteries et de recharges. Qu’elles soient standards, structurantes, «de proximité», scolaires, périurbaines ou express, les 42 lignes de TAO seront exploitées par des bus électriques à l’horizon 2025. Pour les équiper, Irizar vient de remporter la première manche.

L. F.

Auteur

  • Loïc FIEUX
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format