Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Auvergne - Rhône-Alpes : priorité à la santé pour la reprise du transport scolaire

Image

Crédit photo

Accompagnateur obligatoire au-delà de 10 élèves. «La santé des enfants et de leur famille est notre priorité», a déclaré Laurent Wauquiez, président de la Région Auvergne – Rhône-Alpes en présentant son plan de déconfinement pour le transport scolaire, le 6 mai. Afin de garantir la sécurité sanitaire des élèves, les transports scolaires ne reprendront qu’à partir de mardi 12 mai sur l’ensemble des lignes opérées sous la responsabilité de la Région. Environ 1.000 véhicules seront mobilisés pour acheminer les élèves de primaire, autorisés à reprendre le chemin de l’école par demi-classes. Un siège sur deux sera accessible, et des masques seront remis aux enfants à leur entrée dans le véhicule, à l’aller et au retour. Au-delà de 10 élèves par véhicule, un accompagnateur devra être présent, afin d’assurer le respect des mesures barrière. Le recrutement de cet accompagnateur relève de la responsabilité des transporteurs, mais sa rémunération sera prise en charge par la Région, tout comme les masques distribués aux élèves et les coûts de désinfection des véhicules. La situation sera évaluée en fin de semaine, pour préparer au mieux la reprise des cours dans les collèges, prévue le 18 mai pour les départements classés en vert.

200 transporteurs concernés. Les 200 transporteurs qui assurent des services scolaires pour la Région Auvergne – Rhône-Alpes devront donc relever le défi. Ils y sont prêts, assure Alexandre Geoffroy, délégué régional de la FNTV Auvergne – Rhône-Alpes, qui souligne «le volontarisme et le courage» dont font preuve les professionnels du TRV durant cette crise. Depuis le début du confinement, l’autorité organisatrice a pris des mesures de compensation, sans rétrocession du chômage partiel: 80% des montants contractuels ont été réglés sur la deuxième quinzaine de mars, et 50% des frais fixes ont été payés pour les mois d’avril, mai et juin. En revanche, la situation est beaucoup plus préoccupante pour le transport occasionnel, une branche d’activité pour laquelle aucun filet de sécurité n’a été mis en place à ce jour, quelle que soit la Région. La profession dans son ensemble appelle le Gouvernement à mettre en place un plan de soutien, pour éviter les faillites.

S. G.

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format