Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Conduite autonome pour le midibus électrique de Karsan

Organes électriques crédibles, marché-cible étroit. Avec 8,315 m de long, l’Atak du constructeur turc Karsan est un midibus, une niche du marché. En version thermique (moteur d’Iveco Eurocargo), il est déjà en service à Carcassonne et à Nice. Les premières livraisons françaises de l’Atak électrique sont attendues en 2020. Pour son minibus Jets comme pour son midibus Atak, Karsan emprunte à BMW le savoir-faire ou les composants de la chaîne cinématique électrique. C’est pourquoi les batteries lithium-ion de l’Atak viennent de chez BMW. Réparties en cinq packs, elles totalisent 220 kWh et peuvent être chargées par un poste à courant continu jusqu’à 80 kW (22 ou 44 kW en alternatif). Le moteur Sumo MD de l’Atak vient quant à lui de chez TM4, la coentreprise Dana TM4 étant partagée entre Hydro-Québec et l’équipementier américain Dana. Il y a là de solides références.

Un Atak à conduite autonome pour Noël? Hormis ceux qui appartiennent à un groupe automobile international, les constructeurs de véhicules de TCP sont des intégrateurs plutôt que des concepteurs et fabricants d’organes et de technologies. Lorsque Karsan annonce le développement d’un Atak électrique avec conduite autonome de niveau 4, cela signifie qu’un partenariat a été établi pour intégrer cette technologie. Elle vient de chez Adastec Corp, une entreprise créée à San Francisco en 2017, mais dont l’équipe dirigeante est turque. Parmi les partenariats mis en avant par Adastec, on trouve Nvidia. Célèbre pour ses processeurs graphiques, ce fabricant de composants électroniques est connu dans notre secteur pour sa contribution à l’ordinateur ProAI de ZF. Pour l’heure, Adastec ne cite que l’Atak parmi ses références. Faut-il en conclure que ce dernier va inaugurer la conduite autonome de niveau 4 proposée par Adastec? Rappelons qu’à ce niveau, le véhicule est capable de se conduire seul en toutes circonstances, mais qu’un chauffeur est présent. L’Atak utilisera radars, lidars et caméras thermiques pour apprécier son environnement. Selon Okan Baş, directeur général de Karsan, l’Atak électrique à conduite autonome sera prêt d’ici fin 2020, après les essais d’un prototype qui sortira en août. Un éventuel retard passerait facilement inaperçu en raison de l’absence actuelle de marché pour la conduite autonome dans cette catégorie de véhicules. Karsan prend néanmoins position.

L. F.

Auteur

  • Loïc FIEUX
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format