Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Coronavirus: la crise se propage

Image

Crédit photo

Le tourisme européen perd un milliard d'euros par mois. Annulation du Salon du livre de Paris, de la Semaine internationale du transport et de la logistique (SITL) à Villepinte, du Mondial de l’automobile de Genève, du Salon international du tourisme à Berlin, fermeture du siège européen de Nike après la contamination d’un employé, retards de livraisons et ralentissement de la production de nombreux biens de consommation… L'épidémie de coronavirus se propage, et pèse sur l’économie mondiale. Alors que l’OCDE estime à 0,5% le recul de croissance à prévoir, les professionnels du tourisme sont les premiers touchés: ainsi, la présidente du Conseil mondial des voyages et du tourisme estime que cette crise devrait coûter au minimum 20 milliards d’euros au secteur, soit la part des dépenses provenant des touristes chinois. Le manque à gagner pourrait atteindre 44,6 milliards d'euros si la crise durait plus longtemps, voire 66,5 milliards d’euros selon les scénarios. Depuis janvier, le tourisme européen aurait ainsi perdu l’équivalent de 2 millions de nuitées, soit un recul de chiffre d’affaires d’un milliard d’euros par mois, estime le commissaire européen Thierry Breton.

Ne pas céder à la panique. Après la Chine, l’ensemble des pays touchés par l’épidémie se ferment. Déjà, les compagnies aériennes Delta et American Airlines ont annoncé la suspension de leurs vols vers Milan. À la Martinique, les habitants ont manifesté dimanche pour demander un contrôle des touristes venus des bateaux de croisière. À Paris, les salariés du Louvre ont fait valoir leur droit de retrait, et le musée a fermé ses portes depuis le 1er mars. Certains salariés du transport public invoquent également le droit de retrait pour cesser le travail. Les autorités n'excluent pas, si l'épidémie se renforce, de recourir à des mesures contraignantes, voire à limiter les déplacements. Alors que les gouvernements peinent à s'adapter, les professionnels du transport restent dans l’expectative. Parallèlement à l’accompagnement économique des entreprises, les questions qui se posent sont nombreuses: comment les conducteurs doivent-ils réagir face aux passagers transportés en cas de suspicion de contamination? Comment s’organiser en cas de contamination d’un salarié? Comment garder le contrôle sans nier la gravité de la situation ni céder à la panique? 

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format