Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Ericsson fait voguer un ferry autonome en Norvège avec la 5G

Image

Crédit photo

La gestion de la data reste primordiale. La 5G n’est pas réservée qu’au transport routier. L’équipementier télécoms suédois Ericsson, associé à l’opérateur Telia et à l'université norvégienne des sciences et de la technologie (NTNU) ont expérimenté le mois dernier un navire passager autonome dans un fjord norvégien de Trondheim. Le 11 décembre 2019, le petit ferrry autonome «milliAmpère» a transporté des passagers à travers le canal du port de Trondheim. Le ferry est équipé de capteurs qui enregistrent son environnement et servent à orienter la direction. Cette opération génère de grandes quantités de données qui doivent être communiquées au centre de contrôle en temps réel. «Ericsson est leader mondial en technologie 5G. Sa capacité à télécharger de grandes quantités de données en peu de temps a été la clé du succès de cette opération de pilotage autonome. La radio 5G et le logiciel d'Ericsson permettent des vitesses de téléchargement de plus de 200 Mbps et des vitesses de téléchargement supérieures à 1 Gbps», indique Jenny Lindqvist, responsable de l'unité client Europe du Nord et Europe centrale d’Ericsson. Les données de navigation sont analysées en permanence, de sorte que le navire parvienne à trouver son chemin et évite tout obstacle. La distance qui le sépare du quai est aussi mesurée pour que le bateau puisse s'amarrer en toute sécurité. En cas d'urgence, le navire peut également être contrôlé à distance depuis un centre de contrôle via le même réseau mobile.

Un centre R&D en France. Ericsson, l’un des trois grands équipementiers télécoms les plus avancés sur le déploiement de réseaux 5G - avec le finlandais Nokia et le chinois Huawei -, travaille actuellement sur plus de 75 accords ou contrats commerciaux 5G avec des opérateurs télécoms. Certains projets pourraient éclore en France puisque l’entreprise suédoise a annoncé, le lundi 20 janvier 2020, qu’elle allait ouvrir un centre de R&D pour la 5G dans l’Hexagone. Le centre entrera en activité dès cette année et pourra employer jusqu’à 300 personnes en 2022. Ce site se concentrera dans un premier temps sur les développements de logiciels 5G et la sécurité. Ericsson emploie actuellement 15.000 ingénieurs R&D en Europe (60% de l’ensemble de ses équipes R&D) et compte profiter des réticences nourries à l’encontre de son concurrent chinois Huawei, suspecté d’espionnage pour le gouvernement chinois, pour imposer sa technologie. Huawei jouit jusqu’à présent d’une forte avance dans la technologie 5G, fort d’une armée de 80.000 ingénieurs pour sa seule R&D, avec un budget de recherche annoncé de 15 milliards de dollars l’année dernière.

G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format