Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Keolis Agde va carburer au colza

Image

Crédit photo

Circuits courts. 9 bus du réseau Cap’Bus de la Communauté d’Agglomération Hérault Méditerranée (CAHM) devraient circuler au cours du Printemps avec de l'huile de colza, plus écologique que le gazole et moins chère que les solutions électriques. Du moins s’ils ne sont pas affectés par les mesures de confinement. Si l'expérimentation est concluante, l'ensemble de la flotte (180 véhicules) pourrait passer du gazole à ce carburant écologique dès l'an prochain, à Agde et Sète, rapporte France Bleu Hérault. L’exploitant Keolis, qui opère le réseau de transport Cap’Bus de la CAHM (autrefois géré par Carpostal), va donc tester le carburant Oléo100, produit par le groupe français Avril à partir de colza produit en France, et notamment en Occitanie. «Le groupe Keolis étudie avec la CAHM les différentes solutions et alternatives au gazole, tout en gardant une approche durable: favoriser les circuits courts avec des productions locales et renouvelables. Le choix s’est porté sur l’utilisation d’un bio-carburant d’origine française cultivé en Occitanie: l’Oleo100», indique ainsi la commune de Vias. Une première expérimentation est opérationnelle depuis le 1er mars sur un bus de la ligne 5 du réseau Cap’Bus reliant Agde à Pézenas, en desservant les communes de Vias, Bessan, St-Thibéry et Nézignan l’Evêque. Pour les besoins de l’opération, une cuve d’Oleo 100 a été installée sur l’un des dépôts du réseau. En avril, huit bus supplémentaires sont censés normalement circuler avec ce nouveau carburant, en fonction des autorisations de circulation, sur les lignes régulières et scolaires. Un bilan sera dressé en fin d’année pour équiper éventuellement l’ensemble de la flotte.

60% d’émissions en moins du puits à la roue. Selon le groupement Avril, qui produit l’Oleo100, ce carburant (du B100) «permet de réduire au moins 60% les émissions de gaz à effet de serre et jusqu’à 80% les émissions de particules fines et ultrafines» par rapport au traditionnel gazole. S’il émet un peu près les mêmes émissions que le diesel en phase de roulage (avec une diminution sur les NOx), le bilan de l’Oleo100 est en effet meilleur en prenant les émissions de CO2 du puits à la roue, et permet de soutenir l’agriculture française. Les bus des villes d’Alençon, Granville et Monaco roulent également avec ce carburant. Le B100 est compatible avec les véhicules Euro5 moyennant quelques adaptations mineures (modification de la carte moteur et de certains filtres), pris en charge par Avril.

G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format