Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Londres: selon certains scientifiques, le métro favoriserait la diffusion du coronavirus

Image

Crédit photo

Augmentation des risques. Selon des recherches menées par des laboratoires des universités de Birmingham et de Cambridge, le métro de Londres est trop pollué dans certaines stations, ce qui pourrait amener les voyageurs à développer des cas graves de Covid-19. «L'exposition au dioxyde d'azote (NO2) et aux particules de pollution appelées PM2,5 peut compromettre la fonction pulmonaire et augmenter le risque de décès par le virus», a indiqué le docteur Ajit Singh, l’un des auteurs de cette étude. Il précise que, pendant l’été, les niveaux de PM2,5 en suspension dans le métro de Londres sont souvent démultipliés par rapport à des expositions à l’air libre, que l’on roule à vélo, dans un bus ou dans une voiture. Les scientifiques suggèrent de fermer temporairement plusieurs axes de transit du métro londonien, jusqu'à ce que la qualité de l'air s'améliore. «Nous recommandons une stratégie qui adapte le niveau d'activité des transports publics en fonction des niveaux de pollution», a indiqué Ajit Singh, en ajoutant qu’il est possible de proposer des services de déplacements alternatifs pour les travailleurs clés, notamment le personnel de santé.

Des particules différentes. Transport for London (TfL), l’autorité organisatrice londonienne, n'envisage pas de suivre ces préconisations. «La fermeture de certaines parties du réseau de transports publics n'est pas une option réaliste à Londres, a fait avoir Lilli Matson, responsable de la sécurité, de la santé et de l'environnement de TfL. Les arguments avancés sont discutables. «Nous savons que les particules fines présentes dans le métro ont une composition très différente de la pollution atmosphérique située en surface. Bien qu'il existe des preuves reliant une sensibilité accrue aux pires effets du coronavirus à des zones de forte pollution atmosphérique, ces données concernent les particules trouvées en surface et il n’existe pas encore de preuves pour les particules présentes dans le sous-sol.» TfL indique s’en tenir aux recommandations de l’autorité de santé gouvernementale. Le port du masque, obligatoire dans le Tube, reste donc la mesure de protection la plus efficace.

G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format