Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

L’opérateur du métro de Hong Kong fabrique un robot nettoyeur et des masques

Image

Crédit photo

Pulvérisation. Malgré le confinement partiel et l’incitation au télétravail qui prévaut à Hong Kong depuis le début de l’année, bon nombre de voyageurs continuent à emprunter le métro, la plupart munis de masques. Pour atténuer les effets de la propagation du Covid-19, l’opérateur Mass Transit Railway (MTR) commence à déployer depuis une semaine des robots nettoyeurs conçus pour désinfecter les trains et les gares. Les machines ont été développées par MTR en collaboration avec Avalon Biomedical, une société de biotechnologie hongkongaise. Ils ressemblent à des mini-bars sur roulettes et sont utilisés pour pulvériser une solution de peroxyde d'hydrogène, soit en étant programmés pour désinfecter une zone précise, soit en étant télécommandés par un opérateur situé à 20 mètres. Le mécanisme de pulvérisation est censé désinfecter les parties inatteignables à la main, ce qui permet d’éliminer virus et les bactéries, y compris le staphylocoque doré et l’escherichia coli, précise MTR dans un communiqué.

Masques pour le personnel. Ces machines, à 120.000 euros pièce, interviennent en complément du nettoyage régulier par le personnel (20 robots sont prévus au total). Un robot prend 4 heures pour nettoyer complètement un train de 8 voitures en mode automatique. Si un passager a été pris de vomissement, le personnel de MTR déploiera un robot pour effectuer des taches de nettoyage spécifique en utilisant de l’eau de Javel diluée. MTR indique avoir envoyé un des robots désinfecter une partie de la station Mong Kok Est (ascenseur, vestiaire du personne, réfectoire, etc) après avoir appris qu’un de ses employés était porteur du virus Covid-19. La collaboration entre MTR et Avalon comprend également la mise en place d’une fabrication de masque chirurgicaux qui seront affectés au personnel en contact avec du public ainsi qu’au personnes dédiées au nettoyage. Ces masques sont capables de bloquer les microparticules PM 2,5. MTR et Avalon testent également des filtres à air recourant à la nano-filtration pour améliorer la qualité de l’air des stations.

G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format