Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Nouvelle Aquitaine: Rousset et Djebbari croisent le fer   

Image

Crédit photo

Prise de bec autour du POLT. A six mois des élections régionales, les petites phrases se multiplient entre Jean Baptiste Djebbari et Alain Rousset. La dernière prise de bec a eu lieu à distance, lors du déplacement du ministre délégué aux transports à Clermont-Ferrand, le 4 octobre, pour évoquer la liaison ferroviaire Paris-Clermont. Lors d’une rencontre avec la presse, Jean Baptiste Djebbari a évoqué le POLT et… le président de la Région Nouvelle-Aquitaine: « Je suis disposé à échanger avec lui, pour peu qu’il veuille se mettre autour de la table au lieu de communiquer par voie de presse. » Référence à une déclaration d’Alain Rousset, qui regrettait quelques jours plus tôt, devant des journalistes, le manque d’écoute de la part du ministre des Transports. Le vice-président en charge des Transports de Nouvelle-Aquitaine, Renaud Lagrave, n'a pas manqué de « s’étonner. Nous avons voté en 2019 un plan d’investissement ferroviaire de 1,2 milliard d’euros et la Région est prête à mettre 532 M€. Pour  l’heure, on a eu zéro réponse. Le 15 janvier, Alain Rousset a adressé un courrier au ministre des Transports avec des propositions très précises. On attend toujours la réponse. Le 30 août, on a sollicité un rendez-vous. On a eu des nouvelles le 25 septembre... Sur le POLT comme sur les petites lignes, il faut arrêter de parler et de promettre, il faut des actes! »

Rousset brigue son 5e mandat. Ces accrochages surviennent après la désignation de Jean-Baptiste Djebbari, député de la 2e circonscription de Haute-Vienne, comme chef de file La république en marche (LREM) pour les régionales en Nouvelle-Aquitaine, en charge de négocier un accord dès le 1er tour avec Alain Rousset. « LREM a les moyens d’y aller seule, mais ce n’est pas notre objectif », tenait à préciser un cadre LREM lors du campus des territoires, qui s’est tenu à Poitiers. Une main tendue de LREM qui, pour le président PS de Nouvelle-Aquitaine, ressemblait à un croc-en-jambe. Quelques jours plus tard, Jean-Baptiste Djebbari déclarait : « On travaille mal avec Rousset. Il parle beaucoup, mais il fait peu. » Ce à quoi Alain Rousset, qui brigue un cinquième mandat, a répondu : « Je m’interroge sur le poids de Jean-Baptiste Djebbari face à Bercy. »

O. J.

Auteur

  • Olivier Jacquinot
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format