Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

PPE 2020-2028: un an de retard et des financements réduits de moitié pour l'hydrogène

Image

Crédit photo

Moins de financement pour la production décarbonée. Le décret portant sur la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) a été publié au Journal officiel le 23 avril, avec plus d’un an de retard. Prévu initialement pour fin 2018, le décret a dû intégrer le gel de la croissance de la taxe carbone, mouvement des gilets jaunes oblige, ce qui a pesé sur le développement des énergies renouvelables. Dans ce contexte de restriction budgétaire (hors effet coronavirus), la mobilité hydrogène est considérée comme «complémentaire aux batteries et au bioGNV». Le soutien au développement de l’hydrogène décarboné voit toutefois son enveloppe réduite de moitié par rapport au plan Hulot, passant de 100 à 50 millions par an. Le Gouvernement prévoit de lancer des appels à projet sur la mobilité et la production d’hydrogène à l’aide d’électrolyseurs utilisant de l’énergie renouvelable. Les objectifs en matière de véhicules restent les mêmes que ceux annoncés ultérieurement et concernent les flottes de véhicules professionnels dites «captives». Le Gouvernement vise 5.000 véhicules légers hydrogène (type taxis Hype, véhicules de collectivité) d’ici 2023, et 20.000 à 50.000 à l’horizon 2028. Quant aux véhicules de transport lourd (qui intègrent les bus, camions mais aussi le non routier avec les bateaux et trains), l’objectif est de 200 véhicules d’ici 2023, et 800 à 2.000 d’ici 2028.

Objectif: un prix de 7 €/kg pour de l'hydrogène vert. Le PPE stipule que la mesure de suramortissement à l’achat de véhicules hydrogène sera prolongée a minima dans les mêmes conditions que pour le GNV (soit au moins jusqu’en 2021 pour les poids lourds de plus de 3,5t). Concernant les points de ravitaillements, l’objectif est d’atteindre 100 stations hydrogène en 2023 avec de l’hydrogène «produit localement» (contre une trentaine actuellement) et 400 à 1.000 en 2030, avec un prix souhaité qui soit inférieur à 7 €/kg, soit 7 € pour 100km en 2030 (contre 10 à 12 €/kg actuellement, mais pour de l’hydrogène gris carboné). À titre de comparaison, la PPE vise 100.000 points de recharge en 2023 pour les véhicules à batterie, contre 28.000 actuellement. Enfin, les stations GNV devront passer de 145 unités en 2019 à 360 en 2023 et 840 stations en 2030.

G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format