Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Sur-verbalisés pendant le confinement, les cyclistes en appellent au conseil d'État

Image

Crédit photo

Verbalisations abusives. Confrontés à des centaines de verbalisations abusives, les usagers du vélo réaffirment la légitimité du mode cyclable. La fédération des usagers de la bicyclette (FUB) a ainsi recueilli plus de 800 témoignages de cyclistes ayant été verbalisés en dépit du respect des règles de confinement, à l’occasion de déplacements entrant dans le cadre prévu par les décrets des 16 et 24 mars. Certains policiers ou gendarmes auraient tendance à considérer que les déplacements doivent se faire prioritairement en voiture… Pour en finir avec ces dérapages, la FUB a donc décidé de déposer une requête en référé-liberté devant le conseil d’État. «Étant donné le rôle que le vélo est appelé à jouer dans la période de déconfinement, il est absolument indispensable que les pouvoirs publics encouragent son usage», lance Olivier Schneider, président de la FUB. L’objectif est d’obtenir la rédaction d’une circulaire rappelant la liberté de choix du mode de déplacement.

Traiter l'ensemble du système vélo. Associés à la réflexion sur la mise en place des aménagements cyclables temporaires, les représentants de la FUB insistent sur la nécessité de traiter l’ensemble du système vélo. «Il faut une réflexion globale sur la pertinence des itinéraires cyclables. Sinon, le risque est qu’ils ne soient pas assez utilisés. Or, la pratique du vélo constitue une mesure de protection contre la contagion, assure Olivier Schneider. Il faut aussi profiter du délai qui nous sépare du 11 mai afin de permettre aux gens de se préparer, en faisant réparer ou réviser leur vélo. Au lieu de subventionner l’achat d’un vélo électrique, il vaudrait mieux soutenir l’entretien d’un vélo classique, ça coûte moins cher et ça permet d’encourager l’emploi local et le tissu associatif, très présent sur ce secteur.» La sécurité est aussi une priorité: «Dans de nombreuses régions, les aménagements cyclables, considérés comme des itinéraires de promenade, sont fermés. Ce qui oblige les cyclistes à emprunter des routes sur lesquelles leur sécurité n’est pas assurée, d’autant plus que de nombreux automobilistes ne respectent pas les limitations de vitesse!», ajoute-t-il.

S. G. 

 

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format