Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Tourisme: les nouvelles mesures du gouvernement ne rassurent pas les autocaristes

Image

Crédit photo

Catastrophe sans précédent. « Il faut redonner envie aux gens de voyager. Il y a encore trop de choses interdites. » C’est par ces mots que Thierry Schidler a accueilli le ministre délégué en charge des Transports, Jean-Baptiste Djebbari, le 9 octobre, au siège de son entreprise. Car depuis le début de la crise sanitaire, le secteur du transport de tourisme souffre comme jamais. « En septembre, notre perte de chiffre d’affaires s’élève à 2,5 millions d’euros, soit 30% du chiffre d’affaires annuel. C’est énorme! », déplore Thierry Schidler. « Et nous avons dépensé 17 000 euros pour respecter les normes sanitaires : achats de masques, de gel, et des produits désinfectants virucides que l’on doit passer tous les jours dans nos autocars. » Son entreprise réalise 55% de son activité grâce aux lignes régulières, notamment le transport scolaire. « Pour les 45% concernant le tourisme, c’est la catastrophe. En temps normal, on a 25 cars de tourisme en circulation. Là depuis septembre, nous n’avons que deux commandes, dont une pour la FFF et le transport d’une équipe de football. »

Conducteurs découragés. Pour souligner encore les conséquences de cette crise, un conducteur a témoigné : « La baisse d’activité entraîne une baisse de salaire, sans compter les primes que nous ne touchons évidemment plus… On vit une situation très compliquée. Cela devient dur de subvenir aux besoins de la famille. Alors que je tiens à ce métier du transport touristique, je suis obligé d’envisager une reconversion vers le transport de marchandises. » Après avoir écouté attentivement, Jean-Baptiste Djebbari a confirmé l’extension du plan tourisme au secteur du TRV. La FNTV et l’OTRE se félicitent de cette annonce, qui s’ajoute au renforcement du fonds de solidarité aux entreprises jusqu'à 50 salariés sans limite de chiffre d'affaires annoncé hier par Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance. Toutefois, les entreprises du TRV attendent davantage du gouvernement : prolongation de l'activité partielle après le 31 décembre compte tenu de l'absence de reprise d'activité du transport touristique au moins jusqu'à fin 2021 ; prolongation des reports des échéances de prêts bancaires ou crédits-baux au-delà des 12 mois accordés ; nouvelles exonérations de charges sociales en plus de celles accordées de février à mai 2020. Les transporteurs attendent également de la part du ministère de l'Education nationale, le maintien des sorties et voyages scolaires.

Manifestation en vue. « Tant qu’il n’y aura pas de vaccin, ou au moins davantage de visibilité, on aura du mal à retrouver une activité satisfaisante », a déclaré Jean-Baptiste Djebbari. Tout en réaffirmant le soutien de l’Etat à la filière, il a conclu, sans faux espoirs : « Il faut que l’on accepte que ça va être dur, au minimum jusqu’au printemps prochain, et on ne peut pas espérer une vraie reprise avant l’été 2021. » Pour le Collectif es autocaristes indépendants, qui appelle à manifester le 12 octobre à Paris, le compte n’y est pas. Alors que le Salon Autocar Expo vient d'être annulé, le monde du tourisme en autocar replonge dans la morosité.

F. P. (avec S. G.)

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format