Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Bus propres : l’électrique ne dépassera pas 50% à la RATP

Catherine Guillouard, pdg de la RATP, et Valérie Pécresse, présidente d'Ile-de-France Mobilités. 

Crédit photo

Après une commande de 800 bus électriques standard passée en mai 2019, la RATP instruit actuellement un appel d’offres pour 1400 bus GNV et 700 bus électriques, qui devrait être attribué au premier trimestre 2021. L’opérateur, qui doit achever la conversion de son parc de véhicules d’ici à 2025, achète ses nouveaux véhicules pour le compte d’Ile-de-France Mobilités, qui va donc financer cette sortie du diesel pour 1,8 milliard d’euros (400 millions d’euros pour le premier appel d’offres, et 1,4 milliard pour le second). D’ici à 2025, le total des bus électriques opérés par la RATP devrait être de 1500, 1000 bus hybrides actuellement en service, et qui devraient être conservés pour une partie des lignes, et 2200 bus GNV. On est loin des 80% de bus électriques annoncés par Elisabeth Borne, alors patronne de la RATP, lors du lancement du programme Bus 2025 il y a cinq ans.

Pour la RATP et son autorité organisatrice, la sortie du diesel nécessite également la modernisation et la mise aux normes des 25 dépôts de bus de Paris et petite couronne. Au total, 13 centres doivent être convertis à l’électrique. Les deux premiers, Lagny (20e arrondissement) et Corentin (15e) seront terminés à la fin de cette année. Chaque centre bus électrique nécessite une puissance électrique de 10 à 15 MW, sachant que les plus importants abritent plus de 200 bus. La RATP a signé un partenariat avec Enedis pour réaliser ces raccordements. La disparition du diesel coïncidera pour la RATP avec la fin de son monopole sur les lignes de bus de Paris intra-muros, qui doit intervenir à la fin 2024. Cette perspective complexifie d’ailleurs les discussions en cours sur la future convention de transport entre Ile-de-France Mobilités et la RATP, qui aurait dû en théorie être signée avant la fin décembre. Les négociations devraient aboutir début 2021, ont assuré Valérie Pécresse et Catherine Guillouard devant la presse, mercredi 21 octobre.

 

Auteur

  • Sandrine Garnier
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format