Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Air Liquide inaugure en Seine-et-Marne une station multi-énergies propres

Image

Crédit photo
Carburants alternatifs. Air Liquide a inauguré le 7 avril sa première station multi-énergies propres en Ile-de-France. Huit autres installations de ce type suivront d’ici à la fin de l’année sur l'ensemble du territoire français, portant à onze le parc de stations multi-énergies construites par Air Liquide. Directement connectée au réseau GRDF, la station de Servon (Seine-et-Marne) permet d’alimenter les transporteurs en gaz naturel issu du biométhane. Elle propose du gaz naturel comprimé (GNC), du gaz naturel liquéfié (GNL) et de l’azote liquide (N2L) et affiche une capacité de 80 camions par jour, ce qui correspond au retraitement des déchets d’une ville de d’environ 120 000 habitants. Ses principaux clients seront des transporteurs routiers, même si la station est ouverte à toutes les catégories d’usagers, professionnels ou particuliers. Le projet a été développé en partenariat avec Carrefour, Saint-Gobain et GRDF. « Avec près de 2 millions d’euros investis, nous avons besoin d’une garantie quant à la demande », commente Pierre-Etienne Franc, vice président Technologies avancées chez Air Liquide. Livraisons sans diesel pour Paris. Grâce à l’implantation de cette station, « l’ensemble de nos magasins parisiens pourront être livrés au biogaz dès cette année, en avance de trois ans sur l’échéance fixée par la Ville de Paris pour l’interdiction totale du diesel », se réjouit Noël Priou, directeur exécutif de Carrefour. Même satisfaction chez Saint-Gobain, dont l’une des bases logistiques du réseau Point P se trouve à Brie-Comte-Robert, à quelques centaines de mètres de Servon. Pascal Hainaut, directeur départemental de GRDF, rappelle quant à lui le bénéfice environnemental et de santé publique apporté par le biogaz, qui réduit les émissions de CO2 de 90% et le bruit jusqu’à 50% par rapport au diesel. Des bénéfices qui concernent aussi les transports de voyageurs. « Deux tiers des collectivités locales ont déjà converti leur flotte : 2 500 bus GNV circulent ainsi en France », souligne-t-il. Un chiffre qui ne fera que croître dans les années à venir, étant donné l’obligation faite aux transporteurs de convertir leur flotte, conformément à la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Sandrine Garnier

Auteur

  • La rédaction
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format