Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Baidu prêt à déployer ses navettes autonomes en Chine et au Japon

Image

Crédit photo
Déjà 100 navettes autonomes produites. Baidu, le Google chinois, a annoncé la semaine dernière le lancement de la production à grande échelle de son minibus autonome de niveau 4, Apolong. Le 100e véhicule vient de sortir de la ligne de production, a signalé le PDG Robin Li lors d'une conférence à Pékin. «2018 sera la première année de commercialisation pour la conduite autonome. Avec cette production industrielle du minibus Apolong, nous pouvons véritablement entrevoir les grands progrès réalisés» dans ce domaine, a déclaré M. Li. L’entreprise avait déjà obtenu l’accord du gouvernement chinois afin de mener des essais de voitures autonomes sur les routes de Pékin. Elle va désormais pouvoir les déployer dans des sites touristiques, des aéroports et des sites fermés, en Chine, mais également au Japon. Le groupe chinois s’est pour cela associé à SB Drive, filiale de Softbank, afin d’exporter ses minibus au pays du Soleil levant. Pour le moment, l’accord comprend une commande de 10 véhicules, qui seront utilisés dès 2019 dans des centrales nucléaires ou encore auprès de maisons de retraite. Reconnaissance faciale et voiturier. La navette Apolong dispose de 14 places assises pour 4,30 mètres de long et n'est équipée d'aucun volant, pédales ou siège conducteur. De niveau 4, elle peut se mouvoir seule sur certains tronçons bien identifiés. Pour la produire, Baidu s’est associé au constructeur de bus chinois King Long. Le système de conduite repose sur la plateforme interne Apollo, à laquelle collaborent 116 partenaires internationaux, dont Jaguar Land Rover, Byton, ou encore le français Valeo. Le programme Apollo comprend de nouvelles mises à jour, la reconnaissance faciale qui détecte un conducteur fatigué ainsi que des services de voiturier automatique. Baidu prévoit aussi d'intégrer le système de détection Mobileye, qui propose un système de détection de piétons dans les angles morts et permet d’alerter le conducteur en temps réel grâce à un boitier, qui peut anticiper la collision. Un système déjà utilisé sur certains bus en France, notamment par Transdev. G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format