Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Bridgestone vise la gestion de flotte avec le rachat de TomTom Telematics

Image

Crédit photo
Gestion de flotte et des déplacements. Le fabricant de pneus japonais Bridgestone vient de racheter au fournisseur de systèmes GPS TomTom sa division Telematics pour un montant de 910 millions d’euros. Cette activité, jugée secondaire, était en vente depuis octobre 2018. Premier constructeur mondial de pneumatiques, Bridgestone met ainsi la main sur le premier fournisseur de solutions de flotte numériques en Europe, avec l’objectif de créer «une plateforme de données pour les véhicules connectés». Le manufacturier entend désormais proposer des solutions croisées. Dans quelques années, les voitures autonomes devront être capables d’adapter leur conduite en fonction du revêtement détecté par les pneumatiques: présence d’eau, de givre ou de débris sur la chaussée, déformation anormale de la bande de roulement, température en surchauffe… Ainsi, Bridgestone pourra s’appuyer sur les logiciels de suivi de flotte de TomTom Telematics tels que Webfleet et NextFleet, installés sur une base de 860.000 véhicules (aux deux-tiers commerciaux), qu'il pourra enrichir avec les données remontées par ses capteurs intégrés dans ses pneumatiques. Comme bon nombre de ses concurrents, Bridgestone s’est diversifié depuis quelques années dans les pneus connectés «chip in tyre» (puce dans le pneu), en développant des plateformes de données et d’analyse pour ses capteurs, avec des solutions comme Tirematics, Mobox, FleetPulse et Bridgestone Connect. Un enjeu cartographique. En revendant sa division télématique, le néerlandais TomTom va pouvoir se recentrer sur la cartographie, activité désormais centrale pour la conduite autonome. «TomTom va pouvoir se concentrer sur la construction de la conduite du futur en fournissant des cartes ultra précises, des logiciels de navigation et des informations sur le trafic en temps réel», explique la société. La lutte promet d’être féroce. Le 4 janvier dernier, les équipementiers Bosch et Continental ont renforcé le capital du concurrent Here, également néerlandais. Contrôlé par un conglomérat de constructeurs allemands (Audi, BMW et Daimler), Here entend également fournir les relevés topographiques les plus précis pour la conduite déléguée. G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format