Newsletter S'inscrire à notre newsletter

Magazine

Citymapper arrête de proposer ses propres bus

Image

Crédit photo
Contraintes réglementaires. La startup Citymapper, qui développe l’application de calcul d’itinéraires éponyme, avait lancé en 2017 son propre service de bus dans la ville de Londres afin de «réinventer» ce service de transport. La jeune pousse, créée à Londres en 2011, avait décidé de proposer des bus à la demande sur une zone considérée comme mal desservie par les transports en commun, après une analyse poussée sur les déplacements de ses utilisateurs. Las. Après deux ans d’utilisation, Citymapper a préféré jeter l’éponge. «À l'origine, nous voulions réinventer le bus, mais en raison de contraintes réglementaires, nous avons fini par proposer des taxis partagés opérés par des partenaires, ce qui est moins logique pour nous. Le covoiturage partagé possède un grand potentiel, mais nous préférons le laisser à ceux qui veulent s’y atteler», reconnait la startup londonienne, qui semble découvrir les contraintes du métier d’opérateur de transport: «La réglementation est peu claire et de plus en plus difficile.» Réinventer la billettique. Citymapper indique vouloir se concentrer sur son application d’itinéraires et surtout sur son service de Pass, proposé sur Londres. Il s’agit d’une offre de type MaaS qui propose, sous forme d’abonnement, l’accès à un portail de services de mobilité comprenant les transports en commun londonien, des vélos en accès libre et des trajets en VTC. Avec ce service, Citymapper ne se positionne plus comme une alternative aux transports en commun mais comme un allié. «La mission du Pass consiste à soutenir les transports en commun, qui restent essentiels si nous voulons résoudre les problèmes de congestion, améliorer l'environnement et maintenir la mobilité à un prix abordable. Les autres modes ne peuvent pas rivaliser sur les niveaux d'utilisation requis dans les villes denses. Le Pass aide également nos partenaires du transport privé à compléter ces services», soutient Citymapper. Cette dernière entend toutefois «réinventer» la billettique, en portant là encore un regard condescendant sur les opérateurs de transport traditionnel. «Les transports en commun sont difficiles à comprendre et à utiliser. La billetterie n’a jamais été bien intégrée à une expérience mobile. Nous trouvons pourtant que c’est amusant et nous allons le rendre amusant pour vous.» Il n’est pas sûr que Transport for London, l’opérateur londonien, trouve cette incursion si amusante. G. H.

Auteur

  • Grégoire Hamon
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format